03/04/2007

L'intégration par le prénom

Nous avons tous, dans les branches de nos familles ayant émigré dans un pays étranger, quelques exemples d'enfants auxquels les parents ont pris le soin de donner un prénom acceptable dans le pays d'accueil. Dans certains cas, on a choisi un double prénom, pour que l'enfant, sans renier son origine, puisse grandir dans son pays d'accueil en ressemblant un peu aux autres. Chez nous, de nombreux parents étrangers manifestent ce souci.

C'est un conseil que les milieux chargés de l'accueil et de l'intégration devraient donner aux parents étrangers qui mettent au monde un enfant dans notre pays. On pourrait leur dire que "Sabit", pour un garçon, c'est un peu équivoque; ou que "Milka", pour une petite fille, risque en Suisse de susciter quelques plaisanteries.

L'intégration, c'est, en maints domaines, une affaire de tact et de délicatesse. Choisir à son enfant un prénom qui lui permettra d'évoluer harmonieusement dans le pays d'accueil en fait partie. 

21:21 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Monsieur,

Effectivement, l'intégration est affaire de tact et de délicatesse. En l'occurence, il me semble que votre proposition en manque.

Je ne pense donc pas que votre proposition soit bonne. Il me semble que vous confondez intégration avec dissolution ou camouflage.

Je suis désolé de vous dire que l'UDC a déjà fait cette proposition, mais que, il faut bien l'avouer, eux sont pour une interdiction de certains prénoms. Cependant vous n'en êtes pas très loin.

Pour en savoir un peu plus à ce sujet :
http://www.agauchetoute.info/2007/01/08/choix-du-prenom-des-enfants-udc-morges-contre-nations-unies/

Écrit par : Alain Hubler | 05/04/2007

Alain Hubler confond le conseil et l'interdiction. Je ne parle pas d'interdire, mais j'observe simplement que le choix d'un prénom peut exprimer une volonté d'intégration ou, au contraire, une volonté de repli communautaire. Je sais bien qu'A gauche toute n'a pas la même conception que moi de l'intégration, et cela ne me choque pas. J'oberve simplement que le problème de l'intégration appartient aux grands défis de notre société et que certains "conseils" peuvent contribuer à le résoudre.

Écrit par : Jacques-André Haury | 05/04/2007

Si l’intégration était une affaire de prénom les crapules utiliserait en premier ce moyen pour tromper leur monde. Monsieur Haury, vous parlez de respect dans votre 2ème réflexion et c’est bien ce qui vous manque. L’intégration est une alchimie bien complexe dont les particularités vous sont visiblement étrangères. Est-ce que vous suggérez à Hans Schneider, originaire de Schaffhausen né à Penthalaz et depuis peu marié à Josiane Rochat, appeler ses enfants Marc ou Louis ? Originaire de Buchholterberg ai-je fais une erreur d’appeler ma fille Sabrina ? Je vais m’arrêt là car votre suggestion est tellement incongrue qu’elle ne mérite pas d’autres commentaires de ma part.

Écrit par : cali | 06/04/2007

Bravo pour votre article sur les prénoms exotiques:
Bienvenue à Saoirse, Nicoló, Giada, Liam, Kaia, Chiara, Malo, Mélya, Kethlyn, Vera, ... né(e)s dernièrement à Lausanne en Suisse.
Et bon courage dans votre vie avec de pareils prénoms. Ne devrions-nous pas limiter l'appellation d'enfants qui vont devoir supporter le poids d'un prénom difficile et peu local ?

Écrit par : Cedric | 09/04/2007

Cédric, évidement des noms bien de chez nous "Conne" cela peu aussi être dur à porter pour une fille. A propos, Cédric c’est Suisse depuis quand ? Décidément le ridicule ne vous fait pas peur.

Écrit par : cali | 14/04/2007

Les commentaires sont fermés.