29/10/2007

Environnement: l'espoir est à droite

C’est lorsque les élus de droite s’engagent pour l’environnement que les choses avancent. Nicolas Sarkozy en donne l’exemple. Le mouvement Ecologie libérale est né des partis du Centre droite, avec l’objectif d’insuffler des préoccupations environnementales dans ces partis. Si notre intention avait été de renforcer les Verts, très orientés à gauche, nous aurions pu rallier leurs rangs. Mais telle n’est pas notre intention. Nous sommes persuadés que les valeurs libérales - l’esprit d’entreprise, la responsabilité individuelle et le mérite – peuvent apporter à notre société les solutions concrètes qui lui permettront de poursuivre son développement en retrouvant un équilibre avec l’ environnement.

Le second tour des élections au Conseil d’Etat a placé Ecologie libérale devant un choix difficile : apporter un soutien à la liste de gauche, sous prétexte que ses candidats sont plus engagés pour la cause de l’environnement et contribuer à l’échec de la liste du Centre droite vaudois ; ou soutenir la liste du centre droite, au prix d’un soutien à des candidats pro-nucléaires.

La question du nucléaire ne se limite pas à un combat entre pro et anti : au besoin, il se décidera lors d’une décision populaire, et Ecologie libérale s’engagera clairement contre tout projet de nouvelle centrale. Ce qui importe, dès aujourd’hui, c’est de réduire notre consommation d’électricité et de développer les énergies renouvelables. Dans ces domaines comme dans toutes les autres questions environnementales, l’avis des parlementaires n’est pas déterminé.. Il est même en rapide évolution. Plusieurs élus de droite défendent les mêmes positions qu’Ecologie libérale. Soutenir les candidats du Centre droite, c’est les soutenir dans ces positions, contre l’influence des porte-parole d’économiesuisse. Contribuer à faire élire les candidats de gauche, c’est au contraire affaiblir nos alliés du Centre droite dans leur propre camp.

Vaud n’est pas Zürich. Verena Diener, membre des Verts libéraux, s’est clairement éloignée des partis de gauche. Dans le Canton de Vaud, les Verts sont les alliés de la gauche. C’est leur choix et leur responsabilité. Un jour viendra peut-être où les Verts envisageront une autre alliance. D’ici là, nous continuons à affirmer que c’est d’un engagement des élus de droite pour la cause de l’environnement, parfois de leur « conversion », que viendront les vrais progrès dans ce domaine. Cet engagement ou cette conversion, si l’on observe ce qui se passe au Grand Conseil vaudois, ont déjà commencé. Ils justifient les choix et l’engagement d’Ecologie libérale.

08:29 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6)