29/10/2008

Lausanne-près-Cuba

Après le Conseil d’Etat, c’est la Municipalité de Lausanne qui dérape dans son combat pour le projet de musée à Bellerive. Son dernier communiqué de presse dépasse les bornes du déni démocratique. Signé de la « Direction de la culture, du logement et du patrimoine », ce communiqué présente la construction du bâtiment de Bellerive comme une affaire acquise, sans l’ombre d’une allusion au référendum, c’est-à-dire au fait que cette construction est soumise au verdict démocratique. Exactement comme si la volonté populaire était une dimension négligeable du débat. Ose-t-on rappeler à ces édiles que, en démocratie, le « souverain », c’est encore le peuple ! Ils sont en droit d’élaborer des projets, mais sous réserve…
On lit également dans ce communiqué : « La Municipalité octroiera au Canton un droit de superficie pour l’édification du bâtiment ». Et le Conseil communal, là-dedans ? L’octroi d’un droit de superficie est une compétence du Conseil communal, élu par le peuple. La Municipalité peut le proposer, mais elle n’a pas la compétence de l’ « octroyer ».
On a décidément l’impression que certains magistrats sont à ce point déstabilisés par le référendum lancé par le comité « Pas au bord du lac » qu’ils en viennent à perdre tous leurs repères. Lausanne n’est pas une dictature, que diable ! Bien qu’occupant six sièges sur sept à la Municipalité, la coalition rouge-rose-verte n’a pas les pleins pouvoirs. Elle verra, le 30 novembre, ce que le peuple aura décidé. D’ici là, elle ferait bien d’user, pour ses projets, du mode conditionnel : le conditionnel imposé par les règles de la démocratie.

21:44 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (38)

Commentaires

Oui, ça donne vraiment envie de le leur donner, leur joujou, à ces grosses nouilles... hehe

Écrit par : Fufus | 29/10/2008

En fait, ce qui gêne surtout M. Haury dans cette histoire de communiqué (qui aurait pu être au conditionnel, c'est vrai), c'est que l'intervention de la municipalité de Lausanne torpille bon nombre des arguments des opposants à un musée des beaux-arts:
-Le futur musée et ses aménagements n'entraveraient pas le cheminement piétonnier. Au contraire, il le favorise et permet aux piétons d'éviter de cheminer entre places de parcs et hangars et de passer au bord du lac.
-le futur musée ne supprimerait ni le cirque Knie, ni le Luna-park, contrairement à ce qu'affirme les opposants.
-le futur musée s'inscrirait dans une logique de valorisation des rives du lac. Pour rappel, l'endroit concerné est actuellement un terrain vague sur gravats datant des années 50-60 et pas une rive naturelle.

Le 30 novembre: oui à un musée pour tous les vaudois! http://www.oui-au-musee.ch

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 30/10/2008

"pas une rive naturelle. "
Avec un argument ausi stupide, on aurait pu construire l'A1 sur la Grande Cariçaie, puisque celle-ci est un effet d'une des corrections des eaux de cette région...
Mais ce ne sont pas les rives du lac le problème n°1, c'est l'abandon de Rumine et du centre de Lausanne...

Écrit par : Géo | 30/10/2008

Oui, géo, mais la grande Cariçaie n'est pas installée sur des gravats et des déchets ménagers. Pas plus que le site de Bellerive n'est un habitat pour de nombreuses espèces aquatiques protégées...

Et, encore une fois, Rumine - bâtiment qui n'est pas adapté à un musée des beaux-arts- ne sera pas abandonné. Les musées d'histoire naturelle et ses cohortes de jeunes visiteurs, de géologie, des monnaies, la bibliothèque et ses 300'000 visiteurs annuels, ça ne ressemble pas à de l'abandon. En outre, je pense que les alentours de la Riponne contiennent suffisamment de centre d'intérêts (tant culturels que commerciaux) pour ne pas se sentir abandonnés!

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 30/10/2008

Mais pourquoi vouloir à tout prix le mettre à Bellerive, ce musée? Certes, il y a déjà le théâtre de Vidy, mais qui a été construit dans les années 60. Et qui n'est pas juste au bord du lac, mais en retrait, entouré d'arbres et se fond plus ou moins discrétement dans le paysage. Et puis aujourd'hui on ne fait plus les mêmes verrues architecturales d'après-guerre quand il fallait tout reconstruire. On préserve, on embellit, on harmonise, on sauvegarde.
Mais si la question de la réalisation au centre ville est caduque car "une ville a plusieurs centres", alors construisons-le dans le Lavaux, ce musée. Au milieu des vignes, vers Riex. Comme ça enfin le prestige du musée de Bilbao brillera aussi sur Lausanne qu'elle cherche tant à émuler.

Écrit par : Urbain | 30/10/2008

Urbain, 17 sites ont été étudiés pour l'implantation du nouveau musée, et Bellerive sort largement en tête. Mais peut-être que les experts ont eu tort, peut-être aurait-on dû en nommer de meilleurs, peut-être aurait-on dû commander une contre-expertise, peut-être... Toujours est-il que, lorsque le grand conseil a validé le choix du site, personne ne s'est plaint, personne n'a lancé de référendum.

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 30/10/2008

Amis Lausannois, ne vous privez pas du droit de vous réjouir. On vous construira un magnifique musée des Beaux-arts au bord du Léman et vous serez une fois encore des privilégiés. On discute de l'emplacement de cet objet, de son architecture. Certain même, dont le blogueur sus-nommé pousse le bouchon jusqu'à le vouloir...ailleurs et bricole sur un coin de table de cuisine des solutions irréalisables. Un peu d'honnêteté intellectuelle dans cette affaire serait de nature à nous rassurer. Je suis sûr M. Haury que vous n'en manquez pas et que votre démarche d'opposition repose sur une authentique réflexion débouchant, dans les temps, sur une authentique alternative. A défaut, il faudrait alors considérer cette vaine gesticulation comme une imposture.

Écrit par : Ph. Jayet | 30/10/2008

M.Jayet@ Vous savez comme nous qu'une équipe d'architectes de l'EPFL mandatés pour appuyer Bellerive est arrivée à la conclusion qu'il vaudrait beaucoup mieux rester à Rumine. C'était il y a environ deux ans, et cela a provoqué une grande colère chez Anne-C Lyon...
Alors, traiter sempiternellement de farfelus les opposants...

Écrit par : Géo | 30/10/2008

Schwaab@ "bâtiment qui n'est pas adapté à un musée des beaux-arts"
Alors c'était quoi jusqu'à aujourd'hui ? C'est Fibicher qui l'a transformé en entrepôts avec exposition de caisses vides..., Erika Billeter qui l'a utilisé comme lieu d'exposition de torchons sans valeurs...

Faites confiance à Fibicher, jeune Schwaab : quand vous lui aurez construit un beau musée bunker à votre goût, il nous gardera toutes les collections de Hodler, Bocion etc...en fond de cale et nous exposera ses "Merda d'artista" (ne serait-ce que pour faire monter leur cotes, puisqu'il aura pris soin d'en acheter pour lui...)

Écrit par : Géo | 30/10/2008

Géo, lisez donc le texte voté par le grand conseil que vous trouverez ici: http://www.vd.ch/fileadmin/user_upload/themes/culture/musees/nouveau-beaux-arts/fichiers_pdf/071204-EMPD_Mcba_light.pdf pp 10 et 11.

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 30/10/2008

Monsieur Schwaab est pour une "démocratie" d'experts! Non pas une démocratie du peuple (pour autant qu'elle soit possible). Le peuple ne peut qu'avoir tort contre les experts! Sauf, peut-être, lorsque ceux-ci sont ceux de la finance. Là le discours change. Mais pourquoi, au fait ?

C'est son droit!... mais que son discours soit clair! Qu'il n'utilise pas la langue de bois! Qu'il nous dise, par exemple, ceci:

"Je suis contre le suffrage universel! Les Experts et les Sages (Ceux Qui Savent) devraient avoir le pouvoir et les autres, les ignorants crasses, devraient fermer leurs caquets qui ne sont ouverts que sur le vide."

La suite, par contre, il ne faudrait pas qu'il la divulgue, mais uniquement qu'il y pense très fort:

"L'important c'est de faire partie de ces Experts ou de ces Sages."

Je serais résolument contre son idée, mais je serais totalement d'accord pour qu'il puisse la défendre, même si c'est pour sa propre gloire.

Par contre, j'ai beaucoup plus de mal avec ses "combines" de vieux briscard de la politique politicienne. Son formatage a été réalisé avec une rapidité déroutante. Il manipule la dialectique sans aucun complexe, malgré son jeune âge!... Il ira loin le bonhomme!

Écrit par : Père Siffleur | 30/10/2008

"Il ira loin le bonhomme!"
Attendons svp le résultat des votations du 30/11...

Ce qui devient le plus franchement déplaisant, c'est le chantage évident et manifeste des partisans du nMBA. Bellerive ou rien.

Moralité : il faut changer de dirigeants...

Écrit par : Géo | 30/10/2008

Foi d’expert ou pas, des opposants ont déclaré que le palais Rumine n’est pas adapté. Qu’il faut en construire un nouveau. L’ancien conservateur, qui s’oppose à Bellerive comme emplacement, propose de construire un bâtiment sur la place de la Riponne.

Je suis pour l’emplacement du futur Musée à Bellerive. Comme je l’ai déjà écrit, le lieu st suffisamment desservi par les transports publics. Une ligne de bus est à environ 100 mètres et elle circule de 6 heures à 23:35 avec une fréquence suffisante. De nombreuses places de parcs sont à proximité et les cars peuvent y accéder facilement depuis la sortie de l’autoroute de la Maladière. Des solutions de rechange pour les caravanes des forains et de Knie sont possibles.

Cela ne nécessite pas un aménagement près du lac pour les piétons. Si cela se fait, c’est uniquement pour améliorer l’accès aux rives du Léman, et c’est un plus.

Écrit par : cali | 31/10/2008

Je suis avec intérêt cette joute verbale et, je continue de me demander ce qui motive votre opposition? A tel point, mais ce n'est que subjectif bien sûr, que j'en viens à penser qu'en son temps, M. Haury, vous vous seriez aussi opposé à la construction du Palais de Rumine, et auriez avec la même énergie (fossile?)trouvé les arguments de nature à faire passer le conservatisme. Le monde et la société qui le forme changent. Soyons de ceux qui accompagnent avec intelligence ce mouvement; nous aurons à tout le moins mis une pierre à l'édifice. Merci d'en être, M. Haury.

Écrit par : Jayet Philippe | 31/10/2008

Commencez à répondre sur la question de l'expertise EPFL, Jayet Philippe...

Écrit par : Géo | 31/10/2008

Si les avis d'experts comptent parmi ceux qui éclairent aussi le débat, ils ne sont pas tout le débat. Vous vous faites de l'expertise de l'EPFL une sorte de fixation. On peut encore, particulièrement quand l'objet porte surtout sur des aspects esthétiques, affectifs ou émotionnels ouvrir des espaces qui n'ont plus à donner aux experts plus d'importance qu'ils ne doivent en avoir. Au surplus, et vous n'en dites strictement rien - c'est compréhensible- la démarche dans les règles, agréées par les parties prenantes et qui conduit au choix des bords du lac est bien une démarche d'experts. L'avez-vous oubliée?

Écrit par : Jayet Philippe | 31/10/2008

Certainement pas; je voulais signaler qu'il existait d'autres avis, tout aussi fondés. Je le répète, c'est le futur de Rumine que je trouve inquiétant. J'estime que les musées de géologie et d'histoire naturelle ont leur place à Dorigny, comme aide principalement aux étudiants en géologie et biologie. C'est en parcourant leurs vitrines poussiéreuses que j'ai pu identifier un fossile de mon terrain de diplôme. Les familles le parcourent au pas de charge, s'arrêtant devant quelques restes spectaculaires pendant 2-3 secondes...
Alors que la place des Beaux-Arts est au coeur de la Cité. Des architectes compétents et imaginatifs devraient résoudre les questions posées par la morphologie du Palais.
Maintenant, M.Jayet Philippe, les dés sont jetés. Il faut attendre les résultats de la votation. La décision des vaudois va mettre un terme à toutes ces discussions.
En cas de refus, chose probable, il faudra mener campagne pour que les Vaudois ne votent plus pour des autorités aigries par leur échec et qui se vengeront en bloquant toute autre solution que Bellerive. On les connaît comme si on les avait faits...

Écrit par : Géo | 31/10/2008

Encore trois mots pour conclure tant cette argumentation me consterne. Les lieux communs du genre "la place des Beaux-arts est au centre de la Cité" sont de l'ordre du passéisme et il vous serait profitable d'aller voir alentours. Et puis, pour solde de tout compte,"maintenant les dès sont jetés", sous forme de regret peut-être ou pour le dire autrement; maintenant que le mal est fait, cet argument laisse songeur. Quand aux Autorités que vous broquardez -une fois de plus- elles ont honnêtement fait leur travail dans ce dossier et se seraient sans doute passées de votre action de sape. En cas de refus, M. Haury, il n'y aura pas de musée des Beaux-Arts à Lausanne et il vous faudra alors mesurer le résultat de votre désinvolture.

Écrit par : Jayet Philippe | 31/10/2008

J’espère que les vaudois, comme pour le M2, diront oui au musée des Beaux-arts à Bellerive.
Si ce n’est pas le cas, dommage, mais c’est la règle en démocratie. Personnellement, je n’ai aucune idée du résulta des votations a ce sujet. Des experts confirmés nous prédisent un non massif, au soir du 30 novembre nous pourrons juger de la pertinence de leur analyse.

M. Jayet Philippe, alea jacta est, ne nous considérons pas comme des perdants avant que les vaudois ne ce prononcent. De mon côté, je milite pour le musée.

Parfois je pense à la polémique qu’il y a eu avec la fontaine du musée Olympique. Elle avait tous les défauts. 15 plus tard, cela ne semble plus poser problème l’esthétisme de cette réalisation.

Écrit par : cali | 31/10/2008

Les hangars militaires non plus ne posent plus de problèmes d'esthétisme. Ni les piliers de ponts d'autoroutes ou les bennes de chantiers.

Écrit par : Gourde | 31/10/2008

"il n'y aura pas de musée des Beaux-Arts à Lausanne et il vous faudra alors mesurer le résultat de votre désinvolture."
Eh bien voilà qui confirme pleinement la sale mentalité de ces gens. Mais bon, il faut espérer que les Vaudois finiront par s'en apercevoir. La haine du peuple des socialistes devient par trop évidente...

Écrit par : Géo | 31/10/2008

"Lausanne-près-Cuba" : La rhétorique digne de la guerre froide de M. Haury est pathétique. Toujours en retard d'une bataille en pleine crise financière. Est-ce que "la vision libérale du monde" interdit la culture générale et de savoir que l'on peut être socialiste et anti-castriste. Pour son édification, je le renvoie au texte de Dan Gallin (http://www.pagesdegauche.ch/index.php?option=com_content&task=view&id=40&Itemid=35). Après cette lecture,il en saura un peu plus sur le socialisme qu'il ne s'y connaît visiblement en question de musées, si on en croit Pierre Keller.
Quant à la question du préavis de la Municipalité de Lausanne, M. Haury fait preuve d'une mauvaise foi crasse en accusant celle-ci de deni de démocratie. Sachez qu'en tant que conseiller communal, je compte faire partie de la commission qui traitera de ce préavis et je soutiendrai ce projet. Je ne veux pas m'interdire, comme à mes concitoyens, l'accès au patrimoine artistique des Vaudois.

Écrit par : Philippe Mivelaz | 01/11/2008

Ne manquez pas de lire ceci :
http://alainhubler.blog.24heures.ch/archive/2008/06/28/le-nmba-est-gros-comme.html
pour bien mettre en perspective les propos de ce "conseiller communal".

Écrit par : Géo | 01/11/2008

Un rêve fait la nuit dernière: automne 2010, le nouveau musée des B.A. est construit à Bellerive. Ma compagne et moi payons 30-40 francs pour deux entrées et visitons son exposition permanente: tableaux lacustres de grands maîtres impressionnistes vaudois. Paysages d'une lumière et d'une sérénité absolue.

A la sortie, une amertume profonde, intense, me sert la gorge et me tord l'estomac (est-ce normal Dr. Haury?). Une question ne cesse de revenir: quel est le sens à ce bâtiment? Les grands peintres qui ont célébré le lac Léman, les Bocion, Valotton et autres doivent se retourner dans leurs tombes en voyant le mépris (et l'ignorance?) des promoteurs du projet.

Dans leurs tombes, les grands maîtres ne feraient pas qu'un seul tour, mais ne cesseraient de tourner. Ils traverseraient la croûte terrestre. Ils perforeraient d'abord la couche granitique. Puis, en songeant à la promenade le long de la plage de Bellerive et le coup d'oeil sur les montagnes, gâché à jamais par la présence de cette horrible masse informe, ils tourneraient davantage pour atteindre la couche basaltique, qu'ils briseraient sans peine. Déjà depuis le haut de l'Avenue des Bains, dans le parc des Cèdres également, en bateau, ils ne parviendraient pas à éviter la vue de la masse bétonnée. Ils rejoindraient le magma en 5 sec.

Écrit par : Alain | 02/11/2008

"me serre" - pardon...

Écrit par : Alain | 02/11/2008

Qu'auraient dit ou ressentit Bocion, Vallotton, Gleyre et les autres en voyant le projet nouveau musée cantonal des beaux-arts? Impossible à dire. En revanche, il est à peu près sûr qu'ils n'ont pas peint leurs magnifiques toiles pour qu'elles dorment dans des caves, loin des yeux des vaudois. Probablement se seraient-ils même réjouis que leur canton saisisse une chance unique et ne remette pas aux calendes grecques la construction d'un nouveau musée adapté à leur talent.

Écrit par : Jean Christophe Schwaab | 02/11/2008

C'est là que se niche la quintessence de votre malhonnêteté, Schwaab : vous donnerez n'importe quoi comme musée à des conservateurs comme Fibicher, il vous produira des expos merdiques exactement comme celle qu'il a produit maintenant à Rumine.
Les Bocion, Gleyre, Hodler et alii passeront d'une cave à une autre. On est là en plein coeur de l'escroquerie et je vous suis reconnaissant de m'avoir aidé à le souligner. Les super-branchés bling-bling qui représentent le plus fort soutien à Bellerive ne toléreront jamais que ces oeuvres honnies par eux en sortent...

Écrit par : Géo | 02/11/2008

Alain: est-ce de la télépathie? Nous avons dû faire le même rêve, ou cauchemar en ce qui me concerne. Sauf que vous avez oublié dans votre liste feu Yul Brynner, qui habitait en haut de l'av. des Bains et qui se serait certainement arraché les cheveux s'il lui en était resté, ou aurait augmenté sa consommation de cigarettes à six paquets par jour, sur sa terrasse devant la vue sur le nMBA (nouveau Monstre en Béton Armé).

On serait presque tentés de regretter qu'il n'y ait pas chez les élus qui tiennent pour cette horreur un manque de corruption. Qu'ils ne détournent pas des fonds pour de multiples voyages à l'étranger. On se prêterait alors à rêver d'une prise de conscience au cours de ces voyages devant les ravages urbanistiques commis dans certaines villes -pas si lointaines, nul besoin d'aller jusqu'à Dubai, Moscou ou Crans-Montana. De là naîtrait peut-être une conviction que les paysages de cette région sont magnifiques, uniques en leur genre, et pas un dû modifiable à tout-va...

N'avez-vous jamais été frappé, lors de vacances dans des pays voisins, de cette sensation nauséabonde que les gens du cru sont irresponsables face à leur capital patrimonial? Et "qu'ils ne se rendent pas compte de la chance qu'ils ont d'habiter leur région"? Je revois mon ami Sidney, américain à la soixantaine "well-travelled", qui en routard curieux et attentif à roulé sa bosse en Europe dans les années 60-70. Il jure que la Suisse n'a jamais été aussi belle que dans ces années-là. Et rejoindrait Yul Brynner dans sa calvitie devant les choix simples qui nous sont posés.

Écrit par : André Woirol | 02/11/2008

Gourde

Votre commentaire me fait penser que je n’ai pas été assez précis dans ce que j’ai voulu exprimer ou, vous ne voulez pas comprendre.

J’ai rencontré des touristes qui la trouvent magnifique cette fontaine. Très souvent il me demande de les prendre en photo avec elle en arrière fond. Pour les hangars militaires, les piliers de ponts d'autoroutes ou les bennes de chantiers, c’est assez rare. Cela est surement dû au hasard.

Écrit par : cali | 04/11/2008

"Pour les hangars militaires, les piliers de ponts d'autoroutes ou les bennes de chantiers, c’est assez rare. Cela est surement dû au hasard."

On pourrait essayer de les exposer à Bex & Arts. Gros succès chez les bling-blings, on parie ?

Écrit par : Géo | 04/11/2008

A-C Lyon aujourd'hui: " Le musée présente de très nombreux atouts, comme sa forme ramassée et l’utilisation intelligente de sa rampe d’accès pour les locaux techniques."

... "sa rampe d'accès pour les locaux techniques"... Ca me laisse sans voix. Rampes d'accès pour les personnes à mobilité réduite aurait été compréhensible, mais pour le service d'entretien...

Mais oui Madame Schmutz! j'adore mon immeuble et mon quartier! Pourquoi? L'accès à la chambre à lessive est toujours facile car la porte de la cave est bien huilée, sans parler de celle de la boîte aux lettres!

Mes dernières vacances? A Madrid, pardi! Les rampes d'accès du service technique du Musée du Prado sont uniques et valent le déplacement! L'année prochaine nous irons voir celles du Louvre dont la réputation n'est plus à faire!

Si les Vaudois disent oui le 30 novembre, je me pends.

Écrit par : Gourde | 05/11/2008

Allons, allons...
D'abord, on ne se pend pas pour si peu. Sarah Palin comme présidente, j'aurais demandé l'asile chez les Martiens. Mais une horreur de plus ou de moins à Lausanne...
Ensuite, je promets de bouffer mon chapeau si les Vaudois acceptent ça. Et après avoir bouffé le chapeau, je promets que je m'exile définitivement...

Écrit par : Géo | 05/11/2008

Dernièrement par exemple la marque de Soda Dr Pepper a parié que si l'album qui des Guns N Roses (qui aura couté près de 20 millions de $ et qui est annoncé depuis bientot 15 ans) sortait cette année, la marque s'engageait à offrir une cannette de soda à chaque américain. Eh ben... l'album sort pour mi de ce mois lol

Géo en plus vous êtes en terre vaudois, l'impenssable peu bien évidemment arriver (malheureusement). Je prendrais pas autant de risque à votre place ;-)

Écrit par : DdDnews | 05/11/2008

Moi aussi, je m'exile. Et c'est à Vevey que je demanderai l'asile. Vevey qui a compris qu'il peut être souhaitable, avantageux, voire carrément rentable sur le long terme de ne pas foutre en l'air son bord du lac. Et ce qu'elles sont belles, les rives à Vevey!

Immeubles jaunes du Rôtillon, bâtiment de la poste à Chauderon, logements d'étudiants de l'Av. d'Ouchy/Eglise Anglaise, Verts lausannois, je ne vous regretterai pas...

Écrit par : Gourde | 05/11/2008

Oui, bravo Gourde!

Quitte à faire des horreurs puisque "le contenu est plus important que le contenant", pourquoi ne pas installer le nmba précisément à Chauderon? la desserte n'est pas aussi bonne qu'à Rumine, mais elle est conséquente et avec de nombreuses lignes de bus qui convergent à cet endroit.

"La décision date de 1991 déjà" (A-C Lyon). Mais 18 ans auparavant, le vaudois cherchait encore à apprivoiser la nature. Il sortait du paléolithique. Les mots "ville"; "campagne" avaient un sens. Aujourd'hui, ce ne sont que des lambeaux de verdure qui restent entre Lausanne et Genève, une agglomération propagée sur les 3/4 de l'arc lémanique. Conforama, IKEA et les shopping malls sont devenus des localités plus grandes qu'Allaman. -Allaman? Ca ne me dit rien. Ah oui, trois maisons et un château entre un parking de garde-meubles de 1500 places et un outlet de pneumatiques

Écrit par : Courge | 05/11/2008

"Je prendrais pas autant de risque à votre place ;-)"
Euh, ne vous faites pas trop de soucis, c'est plutôt rester qui serait un problème...

Écrit par : Géo | 05/11/2008

lol! effectivement, vu comme ca, je vous donne raison ;-)

Écrit par : DdDnews | 05/11/2008

A Chauderon, il y quelque temps la poste était locataire d’un espace d’environ 600 mètres carrés (tour Galfetti, propriété de la BCV il me semble). A par cet office, maintenant fermé, je ne vois pas quel est le bâtiment de la poste. A part cela, il est vrai que l’esthétisme est assez subjectif. Ce qui est beau pour certains est laid pour d’autres. La Tour Galfetti me plaît bien à moi. Beaucoup plus que la tour Bel-Air par exemple.

Écrit par : cali | 10/11/2008

Les commentaires sont fermés.