23/06/2009

Tu ne mutileras pas !

La commission des affaires juridiques du Conseil national (CAJ-N) veut donc autoriser les mutilations génitales féminines si la personne lésée est majeure et consentante. Mais qui donc effectuera cet acte ? A coup sûr, des médecins, seuls autorisés chez nous à effectuer des actes de nature chirurgicale, auxquels ces mutilations sont assimilées. Les autres gens ne sont pas autorisés à porter atteinte à l’intégrité corporelle d’autrui.

Or les membres du corps médical ne sont pas libres de tout faire. Ils doivent de façon générale respecter le serment d’Hippocrate : «Je m’abstiendrai de tout mal… ». On peut difficilement admettre qu’une mutilation puisse échapper à cette définition.

Ils doivent également bénéficier d’une formation professionnelle aux actes qu’ils accomplissent. Cette formation est généralement dispensée par les services universitaires. Imagine-t-on que des professeurs dispensent une formation à l’excision dans notre distingué CHUV ?

Il suffit de quelques secondes pour observer que la proposition de la CAJ-N n’est pas compatible avec l’ensemble de notre ordre juridique et social. Que des juristes osent créer une analogie entre la chirurgie esthétique et la pratique barbare de l’excision génitale indique une inquiétante perte de repère. Pour ma part, je préfère qu’après le 6e commandement « Tu ne tueras pas », on introduise un commandement 6bis : « Tu ne mutileras pas ». Les médecins le respectent déjà et les juristes gagneraient à observer qu'on ne peut pas importer dans une civilisation des éléments empruntés à une autre : on ne mélange pas le décalogue et la charia !

Commentaires

Petite précision, contrairement à ce que l'on croit, le 6ème commandement n'est pas " tu ne tueras point", car dans ce cas on ne pourrait même pas tuer une vache pour la manger mais "Tu n'assassineras point" celà n'est pas tout à fait la même chose et visiblement la traduction de l'Hebreu a été un peu sommaire ! Mais celà ne change pas votre propos, car l'excision et en soi une forme d'assassinat ! Bonne journée

Écrit par : Steeve | 23/06/2009

"on ne mélange pas le décalogue et la charia !"
Je ne crois pas que l'excision soit une pratique recommandée par la charia. Mais il est vrai que c'est une coutume bien en accord avec la position de la femme dans cette religion...

Écrit par : Géo | 23/06/2009

Faut-il encore définir le terme et le sens du consentemment,dans le milieu du radicalisme islamique.Qui pratique un vrai lavage de cervaux digne des sectes les plus rétrogrades.

C'était comme si les adeptes du temples solaire qui ont mis fin à leurs jours ,qui étaient apparamments consentants auraient demander à des médecins de les eutanasier.

J'espère que dans le milieux médical,les médecins ont le droit de refuser une ablation de ce genre,du moment qu'il n'y ait aucune raison d'ordre médical.

D.J

Écrit par : D.J | 23/06/2009

Tu n'assassineras point

La traduction classique est "tu ne tueras point", mais la traduction est d'André Chouraqui : "tu n'assassineras pas" est plus satisfaisante. Il n'est pas écrit lo taharog, verbe utilisé en particulier quand Caïn tue Abel, mais lo tirtza'h. C'est une notion juridique plus complexe, qui ne couvre pas l'homicide en cas de guerre, de légitime défense, ou prononcé par un tribunal régulier (peine de mort).

Passons sur le fait de défendre sa vie. Il faut bien justifier la peine de mort ou la guerre. De toute façon, il ne sera pas possible de savoir laquelle de versions est l’authentique.

Écrit par : cali | 23/06/2009

Quelques indications concernant l'excision:
L'excision est apparentöe ä tort ä l'Islam. En fait, cette coutume remonte ä des millönaires et est probablement apparentée à la circoncision des jeunes garçons, qui elle-même se justifie par un souci d'hygiène dans des pays chauds où l'eau est pltôt rare. En même temps, c'était un moyen de donner aux femmes une leçon de soumission ä l'homme.
L'excision dans l'Afrique subsaharienne n'est pas limitöe aux femmes musulmanes, mais est pratiquée ögalement sur des jeunes chrétiennes.
Cette pratique est un crime abominable et qui doit être combattu. Cependant, il est inutile de faire de nouvelles lois, à mon sens, l'article 122 CPS concernant les lésions corporelles graves suffirait largement si on le mettait en pratique. Ce crime se poursuit d'office et entraînerait une peine de réclusion pouvant atteindre dix ans. Comme disait mon ami le Marquis de Montesquieu, "si une loi n'est pas urgente, alors il est urgent de ne pas faire de loi".
Selon l'avis d'experts autorisös, au Soudan, quelque 80% des femmes sont excisöes. Ce qui revient à dire que quelque 20% ne le sont pas, ce qui ne les empêche pas de vivre. Il n'existe donc aucune justification pour cette barbarie.Elle doit donc être röprimöe sévèrement dans tous les pays dits civilisés

Écrit par : J.C. Simonin | 24/06/2009

"Pourrait-on savoir plus précisément de quels types de mutilations il s'agit – parce que l’excision ne fait pas le pluriel -, et de quels milieux émane ce nouveau "besoin", qui devrait impérativement être satisfait, selon la commission des affaires juridiques du Conseil national ?"

Écrit par : Scipion | 24/06/2009

"Quelques indications concernant l'excision:
L'excision est apparentöe ä tort ä l'Islam. En fait, cette coutume remonte ä des millönaires et est probablement apparentée à la circoncision des jeunes garçons, qui elle-même se justifie par un souci d'hygiène dans des pays chauds où l'eau est pltôt rare. En même temps, c'était un moyen de donner aux femmes une leçon de soumission ä l'homme."

Très mauvaises justifications. En fait, en discutant avec les principaux concernés, il apparaît rapidement qu'il s'agit de supprimer ce qui pourrait paraître masculin chez la femme et ce qui pourrait paraître féminin chez l'homme, le prépuce étant vu comme l'équivalent des grandes lèvres, le clitoris comme un mini-pénis.

Écrit par : Géo | 24/06/2009

On peut aussi couper les bouts des doigt de ses enfants? histoire qu'ils ne volent pas, plus tard comme le veut la coutume? Et pis dans un soucis d'hygiène, il faut pas oublier une chose, C'est que sous les ongles, on y trouve bien plus de bactéries...

Écrit par : DdDnews | 24/06/2009

Justifier la circoncison par l'hygiène est aussi stupide que de precrire de l'oxygène contre les pieds plats ! Un zizi s'infecte très rarement même peu lavé, tous les médecins le savent. Donc une loi contre les mutilations, par définition inutiles, et aussi contre la circoncision.

Écrit par : Joel Bonjour | 24/06/2009

A Joël Bonjour : médicalement, ce que vous dites n'est pas exact. Il existe diverses situations médicales qui obligent le médecin à procéder à une circoncision. Il 'agit alors d'une intervention qui n'a rien de rituel et qui ne représente pas davantage une "mutilation" que la résection d'un bout d'oreille en présence d'une tumeur cancéreuse.
Mais on en revient au début de mon propos : seul le médecin est habilité, dans notre système juridique, à procéder à une "atteinte à l'intégrité corporelle" d'autrui. Il le fait en application de motifs conformes à l'éthique médicale et à la condition qu'il y ait été dûment formé. L'excision génitale de la femme n'entre pas dans ce cadre. Il est vrai que la circoncision rituelle peut poser un problème éthique, auquel le motif hygiéniste offre un exutoire assez confortable... Mais au moins le médecin opérateur a-t-il été dûment formé à réaliser cette intervention et à en gérer les suites et les éventuelles complications.

Écrit par : JAHaury | 24/06/2009

Les pratiques, tant de la circoncision que de l'excision, n'ont aucune justification à l'heure actuelle. Certainement pas du point de vue de l'hygiène.
Le sens et le but de mon intervention était de demander en quoi un loi spéciale doit être promulgée, aolors que notre Code pénal est déjà pourvu depuis longtemps pour poursuivre ce genre d'abomination. OÛ sont nos juges,õu sont nos médecins,ou sont nos politicos, ou est la Loi ?

Écrit par : J.C. Simonin | 24/06/2009

@JAHaury:TsssTssss, il n'y QUE le phimosis, et encore, il faut attendre chez les petits quelques années au moins pour être sûr (les mamans n'aiment pas cela). En tout cas la circoncision ne protège par contre les chaudes pisses et autres joyeusetés, et j'en passe. Et je ne vois pas pourquoi le chirugien se prêterait à ces simagrées au seul avantage qu'il y aurait moins de complications entre ses mains. Mais je sais que cela se faisait dans quelques uns de nos hôpitaux (vous le savez aussi).

Écrit par : Joel Bonjour | 25/06/2009

Ah ces juristes anonymes évoluant dans l'éther qui seraient responsables de tous les maux. A vous lire ce sont pratiquement eux qui tiennent les manches du sécateur! Que je sache, le projet envoyé en consultation a été adopté - à l'unanimité moins une voix - par une commission dont les membres sont des élus et des représentants du peuple avant d'être des juristes.

Écrit par : enfaitetendroit | 26/06/2009

A Enfaitetendroit : le rôle des juristes dans les décisions politiques ne saurait se limiter à une question arithmétique. Si j'en crois l'information sur laquelle je me suis fondé dans ce blog, ce sont des experts juridiques qui auraient établi un lien entre l'excision et la chirurgie esthétique... Cela dit, ce sont des experts en général qu'il convient de se méfier, et leurs propos qu'il convient de relativiser. Les experts par définition sont des spécialistes, c'est-à-dire qu'ils connaissent assez à fond une partie limitée des matières. Les politiciens ont un peu trop tendance à oublier que les experts peuvent se tromper. Mais les politiciens surtout doivent avoir une réflexion de synthèse, ce qui doit les amener, de cas en cas, à passer outre aux avis des experts au nom d'une vision plus globale. Enfaitetendroit a probablement raison : les fautifs, ce sont les politiciens qui suivent l'avis des experts, notamment juristes...

Écrit par : JAHaury | 30/06/2009

Oui, probablement il est donc

Écrit par : Nina_Tool | 20/09/2009

Excision et circoncision, même combat:
http://www.enfant.org

Écrit par : maximeg | 04/11/2009

Les commentaires sont fermés.