17/11/2009

M17 : l'intégration par l'effort

Les « rougets » nous donnent un excellent exemple d’une intégration réussie : par l’effort et la compétition. Des valeurs de droite, bien étrangères au catéchisme socialiste pratiqué dans les milieux de l’intégration.

Observons d’abord les faits : pour parvenir au rang de champion mondial, une équipe sportive ne peut s’appuyer que sur ses compétences, et celles-ci passent par d’innombrables heures d’entraînement, d’exercice, de quête permanente de l’excellence. Puis par de nombreuses phases de sélection, dans lesquelles seul le mérite de l’équipe est pris en considération.

Ce qui est vrai pour l’équipe est vrai pour ses membres. Pour devenir membre de l’équipe suisse des M17, il faut d’innombrables heures d’effort, et un constant processus de sélection. Dans cette compétition, l’origine sociale ou nationale n’a aucune importance, pas plus que les identités religieuses ou culturelles. C’est aussi vrai lorsqu’un concours vise à primer le meilleur apprenti du Canton, ou le meilleur élève en mathématiques, par exemple.

Il est désespérant de constater que l’idéologie égalitariste continue à pourrir le débat social. Ce n’est pas l’aide sociale ou l’octroi de droits supplémentaires qui permettent l’intégration, mais le travail et l’émulation. Tout particulièrement dans un pays qui a su faire du travail une de ses vertus nationales.

Napoléon a construit sa société autour du mérite individuel, précisément pour assurer l’intégration de tous et abolir les privilèges – ou les défaveurs - liés à la naissance.

Ce n’est pas par le sport seulement que doit passer l’intégration réussie des jeunes. C’est par l’école. Or notre école, qui refuse toute sélection et toute compétition entre les élèves, se prive des meilleurs moyens d’intégration.

Une politique sociale intelligente doit viser à aider les plus faibles, mais pas à couper les moteurs qui font fonctionner la société. Si les socialistes persistent dans leur dogmatisme, ils peuvent se préparer à des nouvelles déceptions électorales.

16:22 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Où, d'un point de vue libéral: l'inbtégration par les forts!... Les autres qu'ils disparaissent!

Écrit par : Père Siffleur | 18/11/2009

Les commentaires sont fermés.