28/06/2011

Les marionnettes de l'organe de prospective vaudois

Parmi les "grands progrès" apportés par la nouvelle constitution vaudoise, un "organe de prospective". Le communiqué de presse que cet organe vient de publier est désolant, mais on s'y attendait.

Nous avons toujours considéré qu'un organe de prospective, c'est-à-dire une petit groupe d'"happy fews" qui s'arrogeraient la prérogative de réfléchir à l'avenir, faisait partie de ces gadgets inutiles conçus par nos Constituants. Cet organe a donc été constitué, péniblement, en 2008, cinq ans après l'adoption de la Constitution. Il est composé de Pascal Broulis, président, Anne-Catherine Lyon, Philippe Leuba, Vincent Grandjean, Dominique Arlettaz, Patrick Aebischer, Pierre Keller, Dominique Bourg, et Jean-Philippe Leresche. Au passage, on notera la place congrue laissée à des femmes, ce qui confirme l'inutilité dudit organe. Tous des gens qui doivent surtout éviter de dire quoi que ce soit qui puisse contrevenir à leur propre programme de développement.

Le communiqué de presse est révélateur : il annonce qu'on va, fin 2011, produire un rapport. Et que ce rapport va s'attacher à réfléchir à ce que deviendra notre Canton en 2030. Bon, jusque là, pas de révolution. On ne voit pas ce que cette organe pourrait faire de moins. Ce qui est stupéfiant, c'est que le plus grand défi auquel notre Canton doit faire face, celui de la croissance démographique, n'est tout simplement pas mentionné. Qu'on puisse, aujourd'hui, se prétendre "organe de prospective" sans évoquer ce qui, à l'évidence, constitue le phénomène le plus spectaculaire de l'histoire vaudoise (+ 10'000 habitants par an !) démontre bien à quel point cet organe fonctionne à l'envers. Il a été conçu pour adapter l'action politique à l'avenir de notre canton et, dans les faits, il tente d'adapter les prévisions aux choix du gouvernement, pour lequel la croissance démographique continue à être tabou, une aubaine qu'on ne s'autorise pas à mettre en question. Désolant, on vous dit, et que de temps perdu !

14:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Curieux. Dans ce quarteron de fats prétentieux et délirants, il manque Xavier Comtesse.

Écrit par : Géo | 28/06/2011

Par contre, on ne s'évite pas Pierre Keller...
A croire que les gens de réflexions ne sont pas nombreux dans notre canton.

Écrit par : lefredo | 29/06/2011

Des marionnettes?... Je veux bien!

Mais alors, qui est le marionnettiste? Qui tire les ficelles?... Une théorie du complot?

Il ne s'agirait donc plus de prospective, mais de politique-fiction.

Écrit par : Baptiste Kapp | 29/06/2011

@ Baptiste Kapp : à mon avis, cet organe de prospective devrait être indépendant du Conseil d'Etat qui devrait recevoir ses rapports puis se déterminer à leur sujet et prendre en compte, pour son programme de législature, les éléments jugés pertinents par lui-même. La forte représentation du Conseil d'Etat dans cet organe le prive de l'indépendance nécessaire. D'où l'image de marionnettes,

Écrit par : JAHaury | 29/06/2011

Monsieur Haury,

Merci d'avoir bien voulu répondre à mes questions.

Si j'interprète correctement vos propos, les marionnettes tirent donc sur leurs propres ficelles.
Il s'agirait de pantins qui, comme Pinocchio, sont devenu autonomes. Quoi? Selon vous, il y aurait des Autonomes au Conseil d'Etat!

Si ceux-ci devaient ressembler au personnage de Carlo Collodi ne serait-ce pas plutôt parce qu'ils mentent tout comme le bonhomme de bois? Ou plutôt tout comme des politiciens?... Avec l'énorme avantage de n'avoir que la langue de bois et n'avoir point le nez qui s'allonge à chaque mensonge!

Écrit par : Baptiste Kapp | 30/06/2011

Y en a vraiment certains qui bouffent à tous les râteliers !!

Honteux !!!

Écrit par : Fufus | 13/07/2011

Monsieur Haury vous avez raison. Ils vont certainement créer comme on dit en nouveau Vaudois "un pôle prospectival"! Le brave Keller, un vrai génie, il est dans toute les combines. C'est sûrement bénévole et honorifique tous ça!

Écrit par : Ah Bon | 14/07/2011

Les commentaires sont fermés.