06/12/2011

Le Général Guisan, « Romand du siècle »

Baffe magistrale à tous ces réviseurs de l’histoire qui s’acharnent à ternir le passé de la Suisse : 20'000 téléspectateurs ont désigné Henri Guisan « Romand du siècle ».

 

Pour marquer son 90ème anniversaire, l’Illustré a entrepris d’établir la liste de nonante personnalités romandes ayant marqué son (presque) siècle d’existence. Une première mise en compétition auprès du public à sélectionné les dix premiers. Puis les téléspectateurs, par leur vote, ont désigné le plus éminent d’entre eux, au terme d’une émission de la TSR animée avec beaucoup d’à propos par Massimo Lorenzi : du rythme, du respect avec juste ce qu’il faut d’humour et de chauvinisme !

 

J’avais huit ans lorsque j’ai assisté aux obsèques du Général. Je revois son cheval suivant tristement le cercueil recouvert du drapeau suisse, centré par la casquette aux trois couronnes de laurier. Je suis né et j’ai grandi dans l’hagiographie. Après quoi, avec Mai 68 et son cortège de contestations de toute autorité, le rouleau compresseur marxiste s’est ébranlé. Il convenait par principe d’écraser toutes les grandes figures, au motif que, dans l’analyse marxiste, ce ne sont pas les hommes qui font l’histoire, mais la résultante de forces dialectiques contradictoires. Il fallait aussi concentrer l’opprobre des bien-pensants du monde entier sur tout ce qui ressemblait à la droite sous n’importe quelle forme, de manière à épargner le régime soviétique. Henri Guisan constituait l’exemple parfait de l’homme à « abattre ».

Eh bien non ! Le bon sens populaire a résisté au rouleau compresseur. Il a admis qu’il existe réellement des hommes et des femmes qui font l’histoire. Il a reconnu que Henri Guisan figurait – avec Churchill, de Gaulle et très peu d’autres – au nombre de ceux qui ont osé dire non à la dictature nazie.

 

D’ailleurs, dans l’ensemble des dix personnalités sélectionnées par le public romand, on peine à trouver des figures de la mouvance intellectuelle marxisante et prétendument dominante : tout cela est infiniment rassurant !

Commentaires

En effet quelle gifle pour tous ces détracteurs dont un qui en a évité une de justesse en 2003,aussi celle du jour et généralisée sans jeu de mot,quelle belle journée fut ce dimanche en lisant l'article dans la presse!

Écrit par : lovsmeralda | 06/12/2011

"D’ailleurs, dans l’ensemble des dix personnalités sélectionnées par le public romand, on peine à trouver des figures"... qui auraient pu passer devant Guisan sans poser quelques problèmes. Le Libanais Hayek devant le Général ? Ben voyons.
Auguste Piccard est un savant éminemment admirable et ce n'est pas de sa faute s'il a un petit-fils pour le moins agaçant. Mais Romand du siècle devant Henri Guisan ???
Les jeunes peinent à comprendre ce qu'ont été les deux guerres mondiales de ce 20ème siècle, la faute à un clergé gauchisant et surtout très stupide aux commandes de leur instruction. Mais sans Guisan, l'Allemagne nazie se serait servie de façon beaucoup plus forte de la Suisse. Ce ne sont pas les chacals de la commission Bergier qui l'admettront, je sais, merci. Je crache d'avance sur les commentaires de David Laufer...

Écrit par : Géo | 06/12/2011

Je suis né en 1934 et ai vécu toute cette période de très près, mon frère André, né en 1918, a fait 1.200 jours de servioce actif à Sainte Croix, mon lieu de naissance.
Ce qui ressort de cette période, c'est le courage tranquille de toute une population, le respect et la confiance en les autorités, et cette confiance a en tous temps été justifiée. C'était le temps où n'importe qui entrait dans le Palais fédéral comme dans un moulin, où les gros bonnets se déplaçaient sans garde du corps, où un Conseiller fédéral von Erlach se rendait au boulot en tram.
Et je compare cette mentalité avec la mentalité présente, l'affaire des fonds en deshérence dans les années nonante avec sa Commission Bergier, un conseil fédéral qui s'écrase et qui humilie tout le pays, une affaire Naef, candidat au plus haut poste de l'armée, pauvre type en quête d'une gonzesse et d'une identité et je me dis qu'un Général Guisan à l'heure actuelle ne serait même pas caporal, avec tous ces nuls qui prétendent nous gouverner...

Écrit par : J.C. Simonin | 09/12/2011

Existe-t'il au monde un Général comme Henri Guisan qui a autant de faveurs que lui?sans doute aucun, si l'on songe à son portrait mis en fenêtre et qui voit des hommes s'agenouiller régulièrement pour ramasser des objets tombés malencontreusement des balcons et qui sans le savoir lui rende hommage et ce plusieurs fois par année ,eux qui détestent tant l'Armée !Comme quoi les années d'humiliations subies dans l'enfance peuvent rendre service à l'imaginaire même après passé 60 ans d'existence.Merci Mon Génénal grâce à vous je peux encore rire

Écrit par : lovsmeralda | 17/12/2011

Comme vous, comme gamin, j'ai vu passé le général et son cheval à Ouchy. J'ai des photos le voyant avec mon père chez nous à la cave buvant un verre et fumant une cigarette. Y en avait vraiement point comme lui.

David Laufer, c'est qui ça? Celui qui a été ruclonné par la Soupe?

Écrit par : TGIF | 31/12/2011

Ce qui fut génial avec l'Armée c'est de constater la paix d'esprit ressentie par beaucoup de gosses,durant les périodes de cours et les écoles de recrues ,le sordide service P.J ne bougeait plus une oreille,les enfants pouvaient vivre s'amuser dehors sans avoir peur d'être emmenés.

Écrit par : lovsmeralda | 03/01/2012

oups oubli,une toute bonne année 2012 pour Vous Monsieur Haury

Écrit par : lovsmeralda | 03/01/2012

Le Général Guisan a dit non au nazisme, dans un pays qui a l'époque contait bon nombre d'industriels et de banquiers qui collaboraient sciemment avec les nazis.
Le " vote" dont vous parlez prouve une chose : une partie du peuple Suisse croit en une version mystifiée de l'Histoire, mystification consistant à croire que l'armée, avec à sa tête le Général, a sauvé la patrie de l'invasion nazie.
Devant l'Histoire, cette mystification est fausse et dangereuse.
Ne vous en déplaise, le Général Guisan est plutôt un mix entre Pétain et De Gaulle, certainement pas à comparer avec Churchill, dont il n'avait ni la prestance ni le talent de visionnaire. Churchil a dit non sans aucun compromis avec les nazis.
20000 téléspectateurs croient en une version très simplifiée de l'Histoire, que vous contribuez à simplifier encore plus en traitant de "marxiste" tout ceux qui prennent en compte la complexité de l'Histoire, et son côté sombre.
Le Général Guisan est une icône, au même titre que Guillaume Tell, un mythe fondateur, dont la réalité est bien différente que ce qui est raconté.

Écrit par : jeff | 16/01/2012

@jeff : votre commentaire respire l'intellectualisme de gauche, ce qui ne me choque pas. Ce que je regrette, c'est l'anonymat, peu excusable puisqu'il vient visiblement d'un personnage instruit, probablement compétent - même si nous sommes en désaccord - et qui devrait être capable d'assumer ses prises de positions.
Sur le fond, l'affirmation "Le Général Guisan est une icône dont la réalité est bien différente de ce qui est raconté" est d'une totale gratuité, relevant de cette légèreté scientifique qui, hélas, est bien souvent présente dans les sciences humaines.

Écrit par : JAHaury | 16/01/2012

Monsieur, il y a en Suisse la liberté de culte, libre à vous de croire en ce que vous voulez. La libre pensée n'est ni de gauche, ni de droite, beaucoup de gens à droite comme à gauche pensent comme moi à propos de l'attitude de la Suisse durant la Seconde Guerre Mondiale.
Vous parlez de légèreté scientifique, soit. Lisez donc l'excellent rapport de la commission Bergier, commission mandatée par le Conseil Fédéral majoritairement de droite, dont la conclusion a été approuvée par le Parlement, Parlement composé à majorité de droite lui aussi. Ce rapport donne un éclairage ( il faut plusieurs éclairages pour être éclairé) sur l'attitude des gouvernements de l'époque et d'un certain nombre d'industriels et de banquiers. Ces derniers ont d'ailleurs favorisé la résistance extraordinaire du III° Reich en 1944-45.
Peut-être a t'il fallu collaborer pour sauver sa peau ? Mais pourquoi avoir continué à le faire jusque dans les dernières heures de la guerre, alors que l'Allemagne était au bord du gouffre ?
Ce cher Winston Churchill ( un homme politique de droite), ainsi que le gouvernement US de l'époque a d'ailleurs sévèrement admonesté la Suisse, jusqu'à menacer de la considérer comme une puissance de l'Axe, puis, finalement les alliés de sont ravisés, ayant eux aussi un grand besoin de la place financière Suisse...
N'est ce pas aussi une forme de légèreté que de catégoriser comme " intellectuel de gauche", ou comme " marxiste" toute personne qui souhaite voir l'Histoire comme elle fut, et non comme on aimerait qu'elle eut été ?
Voilà la raison de mon " anonymat" ( tout relatif puisque je vous donne mon adresse e-mail), je n'ai absolument pas envie d'être catalogué " de gauche" juste parce que j'exprime mon désaccord sur la mystification d'un militaire qui, à mon avis, ne mérite pas tant d'honneurs.
Je vous remercie de me voir comme un "personnage instruit et compétent", mais je ne suis qu'un simple citoyen, comme vous, qui essaye d'y voir clair dans les méandre parfois boueux du passé.

Écrit par : jeff | 16/01/2012

@jeff : je note que pas un seul mot de votre réplique ne met en cause le général Guisan...

Écrit par : JAHaury | 16/01/2012

C'est vrai, et pourtant il est en filigrane. Il est responsable, au même titre que les hommes politiques, Industriels et Banquiers, de la politique menée par la Suisse envers l'Allemagne nazie durant cette période. Il est le bras armé de cette politique de neutralité et de larges concessions tant économiques que diplomatiques faites à l'Allemagne nazie.

Écrit par : jeff | 16/01/2012

Et voici le doux retour des révisionnistes,il ne manquait que plus ça! Concernant la Commission Bergier celle-ci a souvent été critiquée!

Écrit par : lovsmeralda | 16/01/2012

Jeff@ "Ce cher Winston Churchill ( un homme politique de droite), ainsi que le gouvernement US de l'époque a d'ailleurs sévèrement admonesté la Suisse, jusqu'à menacer de la considérer comme une puissance de l'Axe"
Des citations de sources, des preuves,svp ! Parce que là, vous êtes dans le mensonge absolu, les assertions sans aucun fondement, la haine de la Suisse si courante chez les gens de gauche alliés aux internationalistes capitalistes façon Hildebrand...
A la mort de Bergier, Jacques Simon Eggli a rapporté une discussion avec ce dernier, lors de laquelle il lui reprochait d'avoir fait un rapport à charge contre la Suisse. Bergier, un excellent médiéviste au demeurant mais absolument nul au delà, lui a répliqué que tout le monde savait ce que la Suisse avait fait de positif lors de la WW II et qu'il n'était pas nécessaire d'en parler.
Sauf que maintenant, les cuistres dans votre genre se permettent les insultes proprement insupportables qui constituent vos commentaires...

Écrit par : Géo | 16/01/2012

Pour info qui complète le commentaire précédent: http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2012/01/04/du-delit-d-initie-a-la-chasse-aux-sorcieres1.html

Écrit par : Géo | 16/01/2012

@Jeff,vous devriez avoir vraiment honte ,surtout si l'on sait les agissements d'une certaine extrême droite jamais portée dans son coeur par le Général Guisan.Cette extrême droite encore puissante après la guerre et qui s'en donna à coeur joie pour humilier une partie de la population suisse mettant à l'index des gosses n'ayant eu pour seul crime que d'avoir des parents divorcés
On nous la fait plus à nous les victimes,et* notre* Général Guisan n'a jamais participé de près ou de loin à ces scandaleux enlèvements

Écrit par : lovsmeralda | 16/01/2012

Pour ce qui concerne le commerce avec l'Allemagne je serai très curieux de connaître, parmi les pays concernés, Occupés, Alliés et Neutres, celui qui n'a pas commercé avec l'Allemagne...

D'autre part le rapport Bergier n'a eu qu'un seul et unique but: sauver les banques suisses aux EU. Rien de ce qui est dans ce rapport n'avait été caché auparavant et en tout cas pas le commerce, ni même les achats d'or, ni la question des réfugiés. Rapports Ludwig et Edgar Bonjour, Werner Rings sur l'or ainsi que de nombreux historiens. Y compris d'ailleurs Guisan lui même qui dans son rapport en 1945 a dit ceci:
Guisan commença son rapport en ces termes: "J'ai compris que le rôle de l'armée était d'offrir à chacun des belligérants un obstacle suffisamment important pour que le fait d'ajouter le poids de l'argument militaire à celui des arguments politiques et économiques décourage les projets d'agression."

Ce que l'on ignore ou veut ignorer c'est que lorsque les Américains nous accusaient d'avoir commercé avec l'Allemagne, eux-mêmes n'avaient pas été trop regardant envers leur propre attitude, à la fois sur leur propre commerce ainsi que le montre cette déclaration :

[…] II est curieux que Morgenthau ait pu faire des affirmations aussi catégoriques. Placé comme il l'était, il aurait dû savoir que durant toute la guerre les monopoles américains avaient mis leurs capitaux à la disposition de l'industrie allemande afin de lui permettre de produire des armements pour l'armée hitlérienne. Les preuves qui le confirment se sont étalées dans toute la presse des États-Unis dés la fin des hostilités, et l'on ne peut guère croire que Morgenthau l'ignorait pendant la guerre. Cependant, les méandres de la politique américaine d'alors étaient si tortueux que certains personnages, même haut placés dans l'appareil gouvernemental, n'ont peut-être même pas soupçonné le degré de collusion entre les États-Unis et l'Allemagne. En tout cas, si l'enquête entreprise par le Congrès au lendemain de la guerre sur cette collaboration a été rapidement close, nul ne saurait s'en étonner.

André Gromyko Mémoires p. 47 (ambassadeur soviétique auprès des USA pendant la guerre)

Mais le pire aussi sur les fonds en déshérences : http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/la-fortune-juive-des-banques-28242

Et pour ce qui l’en est de l’autre côté, voilà : http://www.livresdeguerre.net/forum/contribution.php?index=38170

Mais ce qui est parfaitement démontrable c’est que l’armée suisse, elle, a rompu clairement la neutralité, ceci en faveur des Alliés. Pourquoi l’a-t-elle fait ? Parce que face à une idéologie telle que le nazisme, toute neutralité est impossible. D’ailleurs Guisan avait déjà rompu cette neutralité avec les accords d’avant guerre avec la France. Ensuite au cours de la guerre l’armée et ses services de renseignements dirigés par Roger Masson ont continuellement soutenu, aidé les Résistants Français, Italiens ou Allemands. Les Américains purent travailler en toute quiétude à Berne avec pas moins de 150 personnes, idem pour les Britanniques.

Allen Dulles, responsable américain à Berne :

[…] La position officielle des Suisses, en ce qui concernait mon travail, fut celle d'une parfaite neutralité, mais d'une neutralité bienveillante. Il fallait naturellement qu'ils soient persuadés de ma discrétion, de mon bon sens, et de mon entière compréhension de leur situation
Sir David Kelly était ministre de Grande-Bretagne à Berne voici ses propos dans ses mémoires écrites en 1952
" Si nous avions réussi en bloquant toutes les importations suisses de provenance d'outre-mer à mettre fin aux exportations suisses en Allemagne et aux exportations allemandes en Italie (à travers la Suisse), nous aurions non seulement ruiné l'économie suisse mais aussi enlevé aux Allemands leurs deux raisons majeures de laisser subsister une Suisse libre." Il ajoute: " Nous avions le plus grand intérêt à ce que la Suisse restât neutre et intacte."

Et ce que le rapport Bergier, conformément à sa mission, a largement ignoré, c’est l’incroyable travail humanitaire réalisé par la Suisse, dont Pilet-Golaz a été en grande partie responsable. Ainsi aussi que le travail de « Puissance protectrice » auprès de 43 pays. Avec aussi le travail du CICR, la Suisse n’est en tout cas pas restée cantonnée dans son Réduit.

Et à propos de Pilet-Golaz comment expliquer qu’aucun historien suisse ne s’est lancé dans une biographie alors que cette personne a occupé la plus haute responsabilité dans ce conflit majeur ? Sur Pilet-Golaz que des allégations et des idées fausses.

Pour terminer il faut selon moi bien distinguer la mission réussie des autorités civiles et militaires suisses qui nous ont préservé de la pire chose : une invasion nazie, des incontournables profiteurs de guerre qui se sont forcément enrichis en Suisse comme ailleurs et comme toujours en période de guerre. Tous les hauts responsables alliés ont largement admis que la Suisse ne pouvait subsiter sans importations de matières premières, charbon, essence métaux etc. et n'ont donc pas, comme ici en Suisse, assimilé ce commerce à une attitude pronazie. Il est cependant bien clair que tout commerce avec un pays dont le but était le nazisme, représente une compromission, ce qui fait qu'il est bien entendu hors de question de présenter la Suisse/SGM comme l'innocence pure mais il est par contre parfaitement intolérable de décrire l'histoire d'un pays dans l'unique but de n'en présenter que les aspects négatifs. D'ailleurs cette question devrait faire l'objet d'un large débat politique.

Écrit par : Christian Favre | 17/01/2012

M'accuser de révisionisme est une grave diffamation. Attention.
Sur le fait que le rapport Bergier ait été critiqué, je dis : tant mieux. Cela ne fait pas de ce rapport un mensonge, cela ne veux pas dire que les conclusions de ce rapport soient fausses. Elles ont été validées par le parlement, par la gauche, comme par la droite. Ensuite, on peux discuter librement, mettre en doute le fond, la forme, cela est plutôt sain.
Des preuves, il y en tant ! ce n'est pas le lieu pour vous en faire une liste exhaustive, je peux toutefois vous en donner une reflet récent : http://archives.tdg.ch/actu/suisse/1941-winston-churchill-voulait-bombarder-suisse-2009-12-11.
Je ne hais pas la Suisse, la Suisse je l'aime, je l'ai choisie, c'est d'ailleurs pour cette raison que je peux la voir sans oeillères dans ce qu'elle a de pire comme dans ce qu'elle a de meilleur. Vous m'accusez de mensonge absolu, de salir la mémoire de ce pays. Salir la mémoire d'un pays, c'est se borner à n'en voir qu'une partie, celle qui nous arrange, et d'occulter le reste avec des réflexions du genre :" les assertions sans aucun fondement, la haine de la Suisse si courante chez les gens de gauche alliés aux internationalistes capitalistes façon Hildebrand...", sans mesure, sans discernement on mélange tout, la Gauche, les Capitalistes, circulez y a rien à voir !
Ensuite, je ne me permettrais ici aucun commentaires concernant Monsieur Montabert, cela serait totalement inéquitable.
Enfin, pour conclure et mettre fin à cette polémique stérile, pour remettre l'Eglise au milieu du village, voilà ce que je dis :
La glorification du Général Guisan occulte toute la part d'ombre du personnage et de l'époque. La glorification en Histoire n'a pas lieu d'être. Le Général Guisan fut comme les autres personnalités responsables de l'époque, obligé de prendre des décisions qui, avec le regard a posteriori de l'Historien n'ont rien de glorieuses : reconduction à la frontière de réfugiés menacés de mort, spoliation de biens, collaboration économique et financière avec le régime nazi, politique de défense nationale basée sur le contrôle des cols en abandonnant la population des villes en cas d'attaques.
A côté de cela, un grand nombre de Suisses se sont conduit avec courage et exemplarité durant cette période sombre de l'Histoire.
Il faut apprendre à nos enfants ces deux aspects, en cacher un pour mettre en exergue l'autre, sans discernement, s'apparente plus à de la propagande qu'à du travail d'historien.

Merci Monsieur Haury de m'avoir laissé la parole.

Écrit par : jeff | 17/01/2012

Dans le texte où il est question du bombardement de la Suisse on lit ceci:
***
[...]Churchill ne le nomme pas, mais le pays montagneux qu’il vise est bien la Suisse, cette Suisse qu’il glorifiera en 1944 dans une note interne: «De tous les pays neutres, la Suisse est celui qui a le plus grand droit à être mis en exergue.» Trois ans plus tôt, le lion britannique est pourtant prêt à s’asseoir sur cette neutralité que Londres a reconnue à son entrée en guerre. Non que les Britanniques aient quoi que ce soit à reprocher aux Suisses: en acceptant le passage de convois, ceux-ci ne violent pas les obligations liées à leur neutralité, même si les volumes en transit sont trois fois plus élevés que ceux d’avant-guerre. «Dans les sources que j’ai consultées, rien n’indique que les Anglais pensaient alors que les Suisses en faisaient trop en faveur de l’Axe», confirme Michael Bloch.
***
Ce qui relativise passablement l'intention. D'abord le traité concernant le passage du Gothard interdisait à la Suisse de bloquer le transit des marchandises, armes exceptées. D'autre part les concessions commerciales faites à l'Allemagne avaient pour premier but la contre partie qui était l'approvisionnement de la Suisse en matière premières ce qu'aucun Allié n'a contesté en voici la preuve:

Le Premier Ministre Winston Churchill au secrétaire des Affaires étrangères.
3 décembre 1944

Je note ceci pour les archives. De tous les pays neutres, c'est la Suisse qui mérite le plus d'être citée. Elle fut la seule force internationale à servir de lien aux nations horriblement séparées et à la nôtre en particulier. Quelle importance cela peut-il avoir qu'elle ait été capable de nous donner les avantages que nous recherchions sur le plan commercial ou qu'elle ait donné trop aux allemands pour se sauver elle-même? Elle a agi en État démocratique luttant pour la liberté au milieu de ses montagnes et fut, en esprit, malgré la différence de race, largement de notre côté.
J'ai été étonné de la sauvagerie d'U. J. (Staline) à son égard et malgré mon respect pour cet homme grand et bon, je n'ai pas été influencé du tout par son attitude. Il les a traités de swine et il n'a pas l'habitude d'employer un tel langage sans y croire. Je suis persuadé que nous devons nous tenir aux côtés de la Suisse et expliquer à U. J. pourquoi nous agissons ainsi. Le moment pour envoyer un tel message devra être soigneusement choisi...
"W.S.C." (Winston Churchill)

"Nous avons respecté la neutralité traditionnelle de votre pays et nous avons sympathisé avec votre difficile situation passée. Nous avons renoncé à vous présenter nos demandes lorsque vous étiez isolés par notre ennemi et que vous ne pouviez faire autrement que de commercer avec lui. Mais maintenant le cours de la guerre a changé. Nous nous trouvons maintenant dans une meilleure position pour répondre à vos besoins les plus urgents et à défendre vos libertés en cas de menace".
Lettre officielle de janvier 45 de F.D. Roosevelt adressée au Président de la Confédération

Écrit par : Christian Favre | 03/03/2012

MERCI AU JOURNAL 24 POUR LA PARUTION DE L'ARTICLE SUR LE GENERAL GUISAN!

Écrit par : lovsmeralda | 13/09/2012

MAGNIFIQUE,WUNDERSCHÖN IL N'Y PAS ASSEZ DE SUPERLATIFS POUR DECRIRE L'EMOTION DU MORCEAU DE CHOIX QUI CLOTURAIT LE TATOO D'AVENCHES :LA MARCHE DU GENERAL GUISAN INTERPRETEE MÊME PAR LA GARDE REPUBLICAINE FRANCAISE.SUBLIME HOMMAGE !
CE TATOO A LUI SEUL EST UN MOMENT D'INTENSES EMOTIONS QUI MALHEUREUSEMENT NE PEUT PLUS ÊTRE PARTAGE AVEC LES TROP NOMBREUX MUSICIENS DISPARUS QUI ONT FAIT LA GLOIRE DU REGIMENT 8
TOUT PASSE MAIS JAMAIS NE LASSERA CETTE EPOQUE GRÂCE A CES HOMMES QUI ONT SU DYNAMISER NOTRE FORCE DE VIVRE AU QUOTIDIEN ET QUI ENCORE MAINTENANT GRÂCE à LEURS FORCES DE CARACTERES RESTENT NOS SEULS REPERES, POUR CONTINUER NON PAS SEREINEMENT PUISQUE LEUR ABSENCE EST UN SERIEUX MAILLON MANQUANT POUR MONTRER A CERTAINS POLITICIENS QU'IL NE FAUT PAS TROP JOUER AVEC LES NERFS D'UNE POPULATION VIELISSANTE QUI POUR BEAUCOUP A CONNU LA SOUS-ALIMENTATION,LA MALTRAITANCE PSYCHOLOGIQUE AVEC DES SES EFFETS SECONDAIRES POUR TOUTE LEUR EXISTENCE

Écrit par : LOVSMERALDA | 21/10/2012

UN COUP DE BLUES ,LE MORAL DANS LES CHAUSSETTES SUITE AUX NOMBRES INCROYABLES DE FAUSSES INFOS JUSTE POUR VOUS EMPECHER DE VIVRE SEREINEMENT EN RESTANT FIDELE A VOUS -MÊME OU CARREMENT PLUS GRAVE AVOIR L'IMPRESSION QUE VOS NEURONES SONT INTOXIQUES ? ALORS TAPEZ :NOTREHISTOIRE.CH.LA VOIX DU GENERAL GUISAN LORS DE SON DISCOURS DU 1ER AOUT 1940 AURA VITE FAIT DE VOUS REQUINQUER LE MORAL ET VOUS AUREZ CE QUI N'EST PAS NEGLIGEABLE NON PLUS L'IMPRESSION D'AVOIR RAJEUNI DE PLUSIEURS DECENNIES

Écrit par : lovsmeralda | 11/11/2012

@Monsieur Haury,merci de laisser ce blog ouvert.Vrai lors de tempêtes cérébrale un peu de repères n'est jamais de trop
Je repense au décès du Général Guisan.Son départ aura laissé une Suisse orpheline bien au delà de ce qui a déjà été dit.Ou comment cette sacrée solidarité Suisse dont lui seul et ses hommes possédaient le secret peu à peu tombe en molécules encore plus fines que celles du Cern .Les départs pour l'au-delà des fameux Mobars qui nous quittent de plus en plus détruit aussi inéxorablement celle-ci
Sans omettre Armée 21 qui a brusquement plongé les habitants de certaines communes dans le désarroi complet et le mot n'est en rien exagéré. L'entente existant entre le peuple et l'Armée n'était pas un leurre .Celle-ci en plus avait double fonction faire respecter l'ordre au sein même des communes qu'elle occupait soit par des cours de répétion ou d'écoles de recrues
je sais on ne peut revenir en arrière mais souvenons nous tout de même qu'un pays sans chef ou jouant aux éoliennes n'a rien de rassurant non plus.C'est plus des politiciens tout comme l'Armée transformée en pigeons voyageurs .Et l'Armée est au courant /rire/ mais oui !les anciennes générations avaient pour principe ne jamais faire faire à d'autres ce qu'on peut faire par soi-même et toujours en accord avec le principe,on aide les plus âgés car notre tour viendra aussi
Toutes belles fêtes de fin d'année pour Vous Monsieur Haury

Écrit par : lovsmeralda | 27/12/2012

Les commentaires sont fermés.