21/08/2015

Les Chrétiens face à l’Ancien Testament

L’Evêque de Coire  a provoqué un tollé en citant une condamnation de l’homosexualité figurant dans le Lévitique, un des premiers livres de l’Ancien Testament. Ce qui devrait indigner les Chrétiens, c’est qu’un Evêque puisse citer ce texte sans la distance qu’impose l’Evangile.

L’enseignement du Christ se distingue radicalement de l’Ancien Testament par un message de liberté. A la question : « Quel est le plus grand des Commandements ? », il répond clairement : « Tu aimerais ton Dieu et tu aimeras ton prochain… ; de là dépendent toute la Loi et les Prophètes. » Tout son enseignement consiste précisément à s’écarter des règles strictes de l’Ancien Testament pour en dégager seulement un message d’amour. Le livre du Lévitique, qui comporte un ensemble de règles à suivre, est globalement relativisé par le message chrétien.

C’est la grande originalité de l’Evangile, qui distingue fondamentalement le Christianisme des deux autres grandes religions monothéistes. En ce sens, la Charia est aux antipodes de la religion chrétienne. C’est aussi pourquoi la religion chrétienne contient si peu d’interdits – à la différence du Judaisme et de l’Islam – et permet au Chrétiens, par exemple, de manger de tout et de n’être soumis à aucun ritualisme contraignant.

Qu’un évêque cite le Lévitique à titre d’information : on ne peut le lui reprocher, ces textes font partie de la Bible. Mais qu’il ne lui apporte pas immédiatement la distance de l’Evangile, voilà qui devrait choquer. Ce n’est pas le Lévitique qui doit scandaliser : ces textes existent. Mais ne pas dire que ces textes ont été complètement relativisés par le Christ : voilà où est le scandale.

Par les temps qui courent, les Chrétiens seraient bien inspirés d’affirmer la spécificité de l’Evangile, religion de libération et de pardon ; religion d’amour. Cela ne veut pas dire qu’ils cautionnent n’importe quoi ; mais qu’ils affirment la distance qui sépare l’Ancien testament du message du Christ.