13/09/2016

Le crime de Payerne n'a pas mis le feu aux poudres

Plutôt que de gloser sur l'antisémitisme helvétique révélé par le crime de Payerne, il est intéressant de voir comment les Vaudois en ont géré les suites.

Qu'il y ait eu des sentiments antisémites dans notre pays dans les années quarante n'est un secret pour personne. Des historiens peuvent sans doute continuer à creuser ce type d'étude. Mais sans être historien, on peut simplement observer les faits.

"Un Juif pour l'exemple" rappelle le sordide assassinat à Payerne du marchand de bétail Arthur Bloch. Il serait correct de souligner que les auteurs de cette sauvagerie ont été identifiés par la police vaudoise, puis déférés à la justice, qui les a condamnés. Ils ont été emprisonnés et ont purgé leur peine.

Des délinquants de droit commun, traités par la justice comme tels !

Si le sentiment antisémite avait été si développé dans notre pays, si les prétendues sympathies nazies avaient été si fortes, on aurait vu des manifestations populaires venir au secours de ces brigands. Ils auraient fait des émules. D'autres Juifs auraient été assassinés de la même manière et avec la même barbarie. Eh bien non : pas de partisans, pas d'imitateurs.

Est-on en droit de conclure que la population suisse, en dépit de quelques sentiments antisémites épidermiques, n'avait rien à voir avec les tortionnaires allemands ? Je le crois. 

Les suites données chez nous au crime de Payerne sont rarement évoquées. Mais elle permettent d'affirmer que ce crime n'était pas l'expression d'un sentiment populaire, mais le fait de quelques fanatiques isolés. Je suis assez fier, je ne le cache pas, de savoir que le peuple vaudois et le peuple suisse ne se sont jamais laissés emporter par le délire de quelques jeunes gens haineux et déboussolés.

Commentaires

Cher Monsieur,

Merci pour ce commentaire sensé.
J'ai lu le livre de Chessex, et votre appréciation y ressort en creux: il n'y fait pas mention d'un fanatisme populaire.
Vous avez bien fait de remettre l'abbatiale au milieu de la ville.

Écrit par : olivier Marmy | 13/09/2016

Bonjour Monsieur Haury, En effet l'antisémitisme n'existait pas ou du moins ne se faisait pas sentir et pour causes ! la guerre avait permis des coups bas dépassant l'imaginaire et nombre de familles avaient d'autres chats à fouetter entre elles
Ce qui aide à mieux comprendre la haine ayant existé et qui est à nouveau perceptible depuis les délations associées aux menaces d'amendes pour qui ne trierait pas convenablement ses déchets
Le crime de Payerne n'était peut-être que le reflet d'une haine entre familles
D'où mes comparaisons avec la Rafle du Vel d'Hiv et ce qui rassure malgré tout c'est de se retrouver avec des nouveaux secrets à porter et à ne jamais pouvoir divulguer
Finalement rien n'a changé les veuves de 2000 jouent le même rôle que celles ayant vécu 14-18 et 38-45 c'est à dire celui de, Confessionnal Communal /rire
très bonme journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovejoie | 14/09/2016

Chessex aurait dit que le crime de Payerne préparait Auschwitz. Jacques Pilet à la RTS a mis ça sur le dos de la licence poétique, en quelque sorte, mais c'est un peu léger. Si Chessex a connu des réactions plutôt vives à son livre, c'est qu'il était plutôt mal placé pour dénoncer la haine raciste des Payernois. Quand j'étais gymnasien à Lausanne, Jacques Chessex avait une réputation d'extrême-droite, et à cette époque celle-ci était encore profondément anti-sémite...(cf. l'opposition Le Pen père et sa fille). Ce livre, c'est un peu l’hôpital qui se fout de la charité...
Et le pire, c'est la mise en parallèle entre haine des juifs et islamophobie que fait Jacob Berger. C'est un contre-sens : l'islam se définit d'abord et avant tout par son anti-judaïsme. C'est une religion inventée pour faire pièce aux monothéismes juif et chrétien, avec un dieu nationaliste qui parle arabe et non hébreu.
D'autre part, le caractère autoritaire, totalitaire et intolérant de cette religion l'apparente fortement précisément au nazisme. Les résistants à l'islam conquérant en Europe sont plutôt du même bois que les résistants au nazisme des années 30...

Écrit par : Géo | 14/09/2016

Contrairement à M. Haury, je pense que l'on ne sait pas grand chose de cette époque, ni dans le canton de Vaud, ni au plan Suisse.

Pour reprendre l'horrible crime de ces nazis payernois, j'aimerais en savoir davantage sur ce pasteur Lugrin, qui étaient ses inspirateurs et soutiens vaudois, notamment dans les milieux ultra-conservateurs de la Ligue vaudoise, quels étaient ses réseaux dans la région. Comprendre le passé est une nécessité, il faut sans cesse le questionner, l'analyser avec les derniers documents découverts, et chercher ces derniers.

Écrit par : R. Affoltern | 14/09/2016

"je pense que l'on ne sait pas grand chose de cette époque" Les nazis suisses ont été jugés à la fin de la guerre. Mais certains ne sont heureux qu'en se vautrant dans l'auto-flagellation...
Il vous faudrait relire le discours de Winston Churchill à Zurich, Affoltern. Si le peuple suisse avait eu des accointances avec les nazis, Churchill ne nous aurait pas adressé de telles félicitations pour notre attitude durant la guerre...

Écrit par : Géo | 14/09/2016

@ R. Affoltern : en laissant entendre que "l'on ne sait pas grand'chose...", je pense que vous êtes mal renseigné et que, tout au contraire, on sait déjà l'essentiel. Mais mon propos n'est pas de dire que l'on sait tout et qu'il nous faut "circuler, il n'y rien à voir". Mon propos rappelle un fait : le crime de Payerne n'a pas déclenché un embrasement de crimes antisémites, mais il a été dûment poursuivi et puni. Peu importe le pasteur Lugrin et la Ligue vaudoise ou divers propos glanés ci et là. Tout cela est demeuré très mesuré, sans aucune analogie avec les mouvements antisémites allemands. Et j'affirme que l'absence d'émules au crime de Payerne ou de manifestations en faveur de ces criminels prouve en réalité que le peuple vaudois et le peuple suisse, dans leur ensemble, n'étaient pas de leur côté. Aucune "découverte historique" nouvelle ne pourra contredire ces faits.

Écrit par : JA Haury | 14/09/2016

«Le véritable mythe de l'empoisonnement des puits en connexion avec la peste noire provient de Suisse dans le courant de l'automne de cette année (1348), bien que le pape Clément VI ait issu en juillet une bulle déclarant la fausseté de cette accusation. Quand la peste atteint Chillon sur le lac Léman dans le Comté de Savoie, les Juifs de la ville sont arrêtés et torturés. Un certain Balavignus "confesse" qu'un plan élaboré a été mis en œuvre par quelques Juifs dans une ville du sud de la France : Jacob à Paskate de Tolède, Peyret de Chambéry, et un dénommé Aboget. Ils auraient préparé un poison composé de cœurs de Chrétiens, d'araignées, de grenouilles, de lézards, de chairs humaines et d'hosties consacrées, et auraient distribué la poudre faite à partir de cette concoction afin de la jeter dans les puits utilisés par les Chrétiens pour puiser l'eau potable. Le rapport de ces "aveux" est envoyé à Châtel-Saint-Denis, au Châtelard et à Berne; et de cette ville des messagers spéciaux sont dépêchés vers toutes les villes de Suisse et de Haute Rhénanie, où se produisent immédiatement des pogroms.» (wiki)

Écrit par : rabbit | 14/09/2016

En 1348, la Savoie ne faisait pas partie de la Suisse. Et oui, l'anti-sémitisme des chrétiens date de l'an 33...

Écrit par : Géo | 15/09/2016

Certes, mais vous n'êtes pas sans savoir que Monsieur Haury a pu faire célébrer une messe dans la cathédrale de Lausanne, la première depuis l'Anschluss de 1536.
A part ces considérations toutes personnelles, je vous souhaite une joyeuse Fête de la Lune (中秋节).

Écrit par : rabbit | 15/09/2016

Espérons que Monsieur Haury n'ira pas dans sa grande mansuétude jusqu'à prêter la cathé pour la grande prière de l'Aïd el Kébir. La tolérance, il y a d'autres maisons pour ça...

Écrit par : Géo | 15/09/2016

Je ne peux, heureusement que confirmer le contenu de la note de Monsieur Haury, mais en même temps, c'était comme si la Suisse-Romande se devait d'avoir aussi sombré dans l'irréparable.

Les auteurs de cette horreur étaient avant tout des salopards et chaque société si élevée ou évoluée soit-elle, génère ce gene de monstres ou simplement ce genre de psychopathes. Ce qui reviendrait à dire, "que même la Suisse-Romande a généré des ordures", ou que c'était, cette époque troublée avait laissé éclore des faits aussi répugnant. Et d'un autre côté, on peut également affirmer que la Suisse-Romande n'a, malheureusement, connue qu'un seul cas de ce genre, ce qui est, malgré l'horreur, aussi significatif.

Et nous nous retrouvons face à un autre constat : En Suisse-Romande, (seul), un seul juif a été tué pendant la période nazie !

Et dire que nous aurions pu passer à côté !!

Non, le miracle ne s'est pas produit et la Suisse-Romande dans son ensemble, semble encore mal le vivre 70 ans après !!

Pourquoi ?

Écrit par : Corto | 23/10/2016

"Et d'un autre côté, on peut également affirmer que la Suisse-Romande n'a, malheureusement, connue qu'un seul cas de ce genre"
C'est bien "malheureusement" que vous vouliez dire ?

Écrit par : Géo | 24/10/2016

C'est un lapsus. Par souci de détente, va aussi passer sous silence tous ceux qui ont été refoulés à la frontière.

Écrit par : rabbit | 24/10/2016

C'est un lapsus. Par souci de détente, va aussi passer sous silence tous ceux qui ont été refoulés à la frontière.

Écrit par : rabbit | 24/10/2016

Géo, c'est ce que l'on appelle un double paradoxe !

"malheureusement" quand même, car mort il y eu et bien sûr pas malheureusement qu'il n'y en aurait pas eu deux ou plus.

"que la Suisse-Romande n'a, malheureusement, connue qu'un seul cas de ce genre"

C'est malheureusement que la Suisse-Romande a connu ne serait-ce qu'un cas de ce genre !


Quant à la poisition de la Suisse pendant la 2ème guerre mondiale, le discours de Pilet-Golaz du 25 juin 1940 est assez explicite !

Sans parler des juifs conseillés par des ss puis après avoir remplis des comptes et des coffres principalement à Zurich, puis une fois délestés, raccompagnés à la frontière où ils étaient attendus n'a pas encore vraiment fait l'objet d'un livre ou d'un film, mais ce qui est aussi certain, c'est que les mêmes ss ayant servis d'entremetteurs sont revenus après la capitulation chercher leur pourcentages !

Écrit par : Corto | 25/10/2016

"n'a pas encore vraiment fait l'objet d'un livre ou d'un film" En partie en tout cas dans les livres de Philip Kerr, en particulier celui concernant Peron, qui aurait mis la main sur ce trésor dans les banques suisses...

Écrit par : Géo | 25/10/2016

"Quant à la poisition de la Suisse pendant la 2ème guerre mondiale, le discours de Pilet-Golaz du 25 juin 1940 est assez explicite !"

Ce n'est pas mon avis :

http://www.yrub.com/histoire/discoursgolaz.htm

Écrit par : Géo | 25/10/2016

Que personne ne s'inquiète, la liste des responsables ss et nazis ayant bénéficié de la Suisse pour continuer leur sale ouvrage est très précise !

Sans parler d'un certain françois genoud et ses collabos locaux et internationaux !

Nul besoin de revenir sur le double langage de la Suisse avec le régime nazi, cela bien après la reddition du 3ème Reich.

C'est sans doute pour les mêmes raisons que les terroristes islamistes toutes tendances ne s'en prennent pas à la Suisse, qui donnerait des coups de masse sur son coffre fort ?

Écrit par : Corto | 25/10/2016

Il me semble que ces jeunes gens, qui fantasment sur les banques suisses, ne sont jamais entrés dans l'une d'elles que pour la cambrioler. Si vous saviez à quel point c'est devenu compliqué, vous remercieriez le ciel de pouvoir encore ouvrir un compte sans que l'on vous passe au détecteur de mensonge, ou que l'on exige que vous laissiez votre grand-mère en otage.

Écrit par : rabbit | 25/10/2016

"Nul besoin de revenir sur le double langage de la Suisse avec le régime nazi, cela bien après la reddition du 3ème Reich."
Des faits, des références ?

Écrit par : Géo | 25/10/2016

Répondez, was zum Teufel !!! Géo a les moyens de vous faire parler...

Écrit par : rabbit | 25/10/2016

N'inversez pas les rôles, rabbit. C'est çui qui dit qui est...

Écrit par : Géo | 25/10/2016

Faligot Roger, Kauffer Rémi !

Écrit par : Corto | 26/10/2016

Vous pensez à quel ouvrage en particulier ?

Écrit par : Géo | 26/10/2016

Géo, trouvez une seule référence en la matière affirmant le contraire !

Écrit par : Corto | 26/10/2016

Nous voudrions bien nous laisser à rêver que la Suisse serait plus exemplaire qu'un autre pays, pour rester dans la culture ambiante, d'une nation européenne.

Ou pire qu'une autre nation, personnellement j'ai de sérieux doutes.

Pour faire court, si le régime nazi a épargné la Suisse, les raisons en sont connues et aucun secret concernant le rôle de la Suisse n'est à espérer.

La raison qui pousse une nation vers la guerre est à 90% économique ou finit par des traités économiques, dans ce sens, la Suisse ne fait pas exception même si officiellement elle joue sa comédie de "neutralité".

Mais mieux comprendre le rôle centrale de la Suisse dans les tumultes des années 20-30-40, il est indispensable de comprendre les jeux stratégiques de l'Europe face à la Russie communiste et ses menaces sur les nations protégeant certaines formes de libéralisme, et dans ce jeu, la Suisse avait son rôle central, ne pas oublier !

Les réactions anti-communistes n'étaient pas une exclusivité allemande, Mussolini, Franco et accessoirement Pétain en sont, parmi d'autres, des exemples patents.

Dès lors, on est en droit de se poser la question : Pourquoi la Suisse comme d'autres nations, n'a t'elle pas choisit de participer aux déportations vers les camps de la mort, notamment en ce qui concernait les populations juives ?

Et annexe, pourquoi l'Allemagne n'a pas exercée de pressions sur la Suisse pour qu'elle déporte ses juifs vers la Pologne ?

De manière générale, pourquoi l'Allemagne n'a t'elle pas occupé la Suisse ?

Et bien tout simplement parce que la Suisse a joué un rôle clé dans la construction et le fonctionnement du régime nazi, un rôle que la Suisse n'aurait certainement pas pu jouer si elle avait été occupée !

En deux mots ; Ce fut ainsi et les choix de la Suisse ont été judicieux, sauf que c'est ce pays qui a participé à des développements plutôt suspects, comme la demande à l'Allemagne d'apposer un "J" sur les passeports et certains développements techniques dans les mécanismes d'exterminations de civiles.

D'autres questions exposées par les historiens confirment également plus que des indices sur les complicités de la Suisse dans l montée du parti nazi dès les années 22-23. Notamment sur les financements et les soutiens apportés aux prémisses du nazisme, fausses coupures ayant transitées par le Gothard et autres soutiens logistiques, vitaux lors de l’ascension du fuhrer aux premières heures du parti naissant.

Écrit par : Corto | 26/10/2016

"les historiens confirment également plus que des indices sur les complicités de la Suisse dans l montée du parti nazi dès les années 22-23."
Il existe beaucoup d'historiens délirants, vous n'avez qu'à penser aux déclarations de Jean Ziegler, qui est un honorable professeur de l'université de Genève. La commission Bergier était constituée d'historiens de gauche ou d'extrême-gauche. Les gens de gauche n'ont pas pour raison de vivre de défendre les démocraties bourgeoises...
Les historiens sont des journalistes du passé. Et de nos jours, si vous forgez votre opinion sur "Libération" ou "Le Monde", vous en retirerez une vision du monde passablement orientée.
L'affirmation ci-dessus relève du délire, et rien de plus.
Lisez et faites lire "La Suisse face aux nazis", de Stephen Halbrook.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Stephen_P._Halbrook
Bonne guérison !

Écrit par : Géo | 27/10/2016

Géo, vous ne pouvez pas me targuer d'être de gauche !

Lisez : l'or de nazis d'Edmond Paris !

Et vous vous trompez, vouloir caser les anti-antisémites à gauche est un blasphème comme dire que la commission Bergier soit une fabrication gauchiste est un leurre !

Même ziegler passe sa vie dans les palaces, surtout genevois avec ses hôtes cherchant des banquiers genevois !

Le nazisme est de gauche, lisez dans le texte : nationalisme-socialiste !!!

Écrit par : Corto | 27/10/2016

"vous vous trompez, vouloir caser les anti-antisémites à gauche"
Jamais prétendu cela...

Un e-mail reçu il y a quelques temps :

"Il y a 2 spécialistes sur la question de l’or :
Michel Fior (qui a claqué la porte à la commission Bergier, parti pour mésentente)

http://www.yrub.com/histoire/orneutre.htm

L’autre c’est le prof Philippe Marguerat de l’unine, qui a été prof de Fior
Ce que l’on ignore encore c’est que l’or, par le maintien de la valeur du CHF, a financé la Resistance et l’aide humanitaire…y compris le CICR"

Écrit par : Géo | 27/10/2016

Par que Michel Fior soit socialiste, cela ne fait aucun doute et si le rapport Bergier dérange et bien, il suffit de faire un autre rapport ou un contre rapport !

Quant aux services de renseignements suisses, couverts sous le pseudo de "CICR", il y aurait de quoi débattre pendant des années, surtout en matière d’ambiguïtés envers le peuple juif !

Écrit par : Corto | 29/10/2016

Le Conseil fédéral, pour complaire au lobby juif appelé Congrès juif mondial qui a pour le moins un très gros pouvoir aux USA - Hillary Clinton était déjà présente sur ce coup-là -, a payé 20 millions de francs ce rapport, soit 1000 francs la page. Personne ne l'a lu en entier mais sa conclusion est que la Suisse par sa politique aurait prolongé la guerre.
Churchill est venu à la fin de la guerre à Zurich et a fait un discours plutôt favorable à l'attitude de la Suisse durant cette guerre.
Alors qui a raison ? Les minables petits ratés profs d'uni gauchistes ou Churchill ?
Je vous remercie néanmoins pour vos commentaires, Corto. Votre haine de la Suisse est tellement transparente que tout le monde peut voir ce qu'il y a derrière ce dénigrement de notre pays par les médias actuels, en particulier français. Il serait temps par ailleurs pour vous de vous rendre compte que cette haine ressemble furieusement à la haine que les Allemands et les Français et beaucoup d'autres peuples sur cette terre avaient envers les Juifs dans les années 30. Cette haine envers la Suisse est-elle vraiment nécessaire à vos yeux ? Un des journalistes que vous m'avez donné en référence travaille pour Rue 89, qui se distingue par ses écrits pro-palestiniens et surtout, anti-israéliens.
Cela devrait vous faire réfléchir...

Écrit par : Géo | 29/10/2016

Rue 89, le Réseau Voltaire et Mediapart font partie des 666 légions infernales gouvernées par Belzébuth, seigneur des mouches et des fumiers. Description: «Il est d'une taille prodigieuse, assis sur un trône immense, ayant le front ceint d'un bandeau de feu, la poitrine gonflée, le visage bouffi, les yeux étincelants, le sourcil élevé et l'air menaçant, il a les narines extrêmement larges et deux grandes ailes de chauve-souris sur ses épaules, il est noir comme un Maure, il a deux pattes de canard, une queue de lion et de longs poils de la tête aux pieds. Quand il est en colère, il vomit des flammes et hurle comme un loup, enfin Astaroth apparaît à ses côtés, sous la forme d'un âne. Mais il peut tout aussi bien revêtir d'autres aspects qui peuvent même être parfois séduisants, comme quand il devient Biondetta, forme voluptueuse mais redoutable de Belzébuth, capable de changer de sexe et d'apparence». C'est du moins comme ça que l'on voyait les chose, il y a peu, au Moyen-Orient.

Écrit par : rabbit | 29/10/2016

Géo, vous portez en vous les mêmes stigmates que la bande à Clinton ; il y a 24 heures, James Comey était leur plus fidèle ami et soudain vers 16H00 locale, il s'est transformé en monstre rempli de "haine" !

C'est selon !

Si avoir certains ressentiments contre les ordures à la tête de la mafia suisse signifie haïr la Suisse, vous faites le jeu des salauds et ça se voit !

Je ne connais pas beaucoup de personnes capables de prendre certains risques afin de défendre ce qu'il y a de beau en Suisse !!

Écrit par : Corto | 30/10/2016

"Je ne connais pas beaucoup de personnes capables de prendre certains risques afin de défendre ce qu'il y a de beau en Suisse !!"
Alors là, je vous donne pleinement raison. Je suis ébahi par la lâcheté de tous les commentateurs face à vos attaques irrationnelles contre la Suisse. Entendons-nous bien : je ne prends pas la Suisse ou les Suisses pour des parangons de vertu. Mais vouloir faire de la Suisse la seule et unique responsable de la Shoah me semble quelque peu excessif.
Memorandum : des gymnasiens lausannois en voyage de bac à Berlin il y a quelques années se font agresser par leurs collègues ALLEMANDS parce que la Suisse est coupable (et seule coupable, voir votre commentaire sur les débuts de Hitler) du nazisme et de la Shoah ! Aux fous !

Pas un mot de Haury, celui qui est responsable de ce blog. Et regardez l'intervention ridicule de rabbit ci-dessus et qui me compare à un SS un peu plus haut...

Écrit par : Géo | 30/10/2016

Bon sang de bonsoir, Géo ! Vous avez besoin d'un responsable pour valider vos propos ? Et doucement avec les SS, ils pourraient faire leur comme back pour détruire leurs alter ego bolchéviques. A ce moment-là vous ne saurez plus sur quel pied danser. Souvenez-vous: «Moi, je retourne ma veste, toujours du bon côté» (Jacques Dutronc). Corto vous mène en bateau et il n'est pas Maltais.

Écrit par : rabbit | 30/10/2016

Géo, comparaison n'est pas raison, la Suisse comme beaucoup d'autres états avaient un rôle plus ou moins actif dans l'établissement d'un front commun pour barrer la menace communistes dès 1917 (principalement 1917), donc chacun avait une main sur le manche.

Le projet nazi avec ses contours flous répondait largement aux demandes des états de l'Europe des débuts du 20ème siècle, la classe "intellectuelle" marxiste étaient en bonne partie issue de milieux bourgeois et souvent représentée par des allemands de confession juive, d'où la propagande nazie des débuts de la campagne initiée par hitler.

Géo, je ne vais pas faire la genèse des relations entre juifs et chrétiens en Europe depuis le 11ème siècle, mais il est plus qu'évident que les populations juives d'Europe avaient tout au long des siècles, des situations obligeant ces derniers à développer des systèmes intelligents et efficaces. De ce fait, les juifs d'Europe ont occupés une place particulière et favorisés le développement intellectuel.

En conclusion, la Suisse et ses banques (pas toutes très honnêtes et parfois concurrente des banques allemandes juives) comme tous les pays d'Europe, craignaient la menace du communisme, communisme également comme d'ailleurs avec les milieux financiers étaient souvent liés à la communauté juive et d'une pierre deux coups !

On peut facilement dire que ; En accusant la communauté juive de complicité dans l'épanouissement de courants politiquement subversifs il y avait associé à cette démarche quelques visée de s'en prendre aux concurrents juifs des milieux de la finance européenne. Goldman-Sachs comme beaucoup d'autres banquiers actuellement installés aux USA sont issus de familles de banquiers juifs allemands, ils avaient, pour certains décidés depuis longtemps de s'établir sur le nouveau continent et cela suite à des affaires similaires à celle la montée et l'avènement du nazisme en Allemagne et pas seulement.

Les banquiers suisses voyaient comme une aubaine de pouvoir associer la peste communiste aux milieux bancaires juifs-allemands, cochon qui s'en dédie !

Tout comme l'influence des banquiers helvétiques lors de la destruction du Liban en 1975, je ne vais entrer dans les détails de cette ingérence ayant très largement profité aux banquiers suisses, mais là aussi ces crevures avaient des intérêts directs dans la destruction d'un pays de bonne réputation bancaire !!!

Attention, je n'induis pas l'ensemble de la corporation bancaire helvétiques dans ces sales affaires, mais disons que les milieux politiques suisses ont bien trop souvent fermer les yeux dans bon nombre de dossiers !!

Écrit par : Corto | 30/10/2016

Corto@ "Corto vous mène en bateau et il n'est pas Maltais" Ici, personne n'est dupe. Nous n'avons pas mis le feu au blog parce qu'il existe malgré tout un début de respect entre nous. Pour moi, vous dites des choses intéressantes mais vous peinez à les étayer.
1° En 1917, la Suisse n'était pas grand chose. Un pays pauvre et minuscule. Divisé dangereusement par la confrontation entre Allemands et Français.
2° Je ne vous cacherais pas que je ne comprends pas l'anti-sémitisme des peuples européens de ces années-là. Les Juifs ne commettaient pas d'attentats dans les rues des capitales européennes comme le font si souvent les musulmans aujourd'hui. Aucun parti européen n'organise de pogroms anti-musulmans aujourd'hui alors que les prétextes ne manquent pas. Sincèrement, après Nice, je m'attendais à des réactions de violence envers les simples musulmans. Je pense que c'est dû à internet, qui détruit l'univocité de l'information quasi-instantanément. Les Français ne sont pas dupes de l'idéologie Padamalgam mais répugnent à la violence, heureusement.
3° Les rivalités de banquiers ne peuvent expliquer la Shoah, pas plus que la lutte contre le communisme. Il y avait des Juifs banquiers, des Juifs communistes comme il y avait des Suisses banquiers, des Suisses communistes...
4° Dans l'affaire des fonds en déshérence, il serait bon de rappeler qu'une banque ISRAELIENNE a subi les mêmes accusations que les banques suisses.
5° Si vous pouviez donner quelques informations sur le rôle des banques suisses dans la guerre au Liban, je pense que nous serions nombreux à être intéressés...

Écrit par : Géo | 30/10/2016

En effet, pour connaître l'histoire et en parler intelligemment, il vaut mieux avoir connu des Libanais au Liban, des Chinois en Chine, des communistes et des fascistes, ainsi que des banquiers juifs. Tout le reste n'est que billevesées et pétards mouillés dans le goût de la RTS. Mais, si Corto souhaite une séance de rééducation politique, assortie d'une autocritique complète et sincère, nous disposons aussi du personnel compétent pour l'organiser. N'est-ce pas, Géo ?

Écrit par : rabbit | 30/10/2016

(1°), Vers 1750, Voltaire déclarait que "si un banquiers suisse saute par la fenêtre, suivez le, c'est qu'il y a de l'or" !!

(2°), Géo, vous connaissez très mal les causes liées aux nombreux massacres et pogroms commis contre les communautés juives en Europe et en Russie depuis le 12ème siècle, généralement c'était uniquement dans le but de commettre des pillages ou des extorsions !

(3°), "Les rivalités de banquiers ne peuvent expliquer la Shoah", alors pourquoi les ss s'en prenaient particulièrement aux plus fortunés d'Allemagne et pourquoi certains ont accompagnés des juifs et leurs valises vers la frontière suisse, à laquelle des banquiers les attendaient pour ensuite après avoir été délestés ont été remis aux mêmes ss coté allemand ?

(4°), Israël existe depuis de 1948 et je ne vois, pas dès lors, comment une banque "israélienne" pourrait avoir pu subi les mêmes accusations que les banques suisses ? Absurde, et là je vous demande à mon tours des références ??

(5°), des centaines de valises transitant par la Croix-Rouge ont alimenté certaines organisations ""libanaises"" aujourd'hui possédant des comptes biens remplis dans les établissements concernés, comme les 25 milliards encore consignés dans la succession "arafat" jugée à Genève !

Écrit par : Corto | 30/10/2016

Wt n'oubliez pas dans vos "vérifications" de taper "françois genoud" sur votre explorer web !!

Écrit par : Corto | 30/10/2016

Vous pensez certainement à la banque Leumi, dont les activités en Suisse ont été reprises par Julius Baer en 2015. Pas de quoi affoler la famille Klarsfeld. Si vous avez habité Lausanne au siècle dernier, vous avez certainement croisé François Genoud ou Gaston-Amédée Amaudruz. Cette ville n'a rien d'un petit Nuremberg et pourtant, quelle agitation dans les cervelles...

Écrit par : rabbit | 30/10/2016

Quel silence ???

Écrit par : Corto | 31/10/2016

Ite missa est.

Écrit par : rabbit | 31/10/2016

J'ai suivi vos conseils et j'ai recherché François genoud sur Wiki :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Genoud

Euh, ce ne serait pas vous qui auriez rédigé cette notice, par hasard ? Cela ne parait pas trop crédible. Exécuteur testamentaire de Hitler, ben voyons...
Suicide avec Exit en 91, organisation pro-euthanasie. Exit existait en 91 ?
Le portrait semble totalement caricatural, ou plutôt trop superman nazi...

Écrit par : Géo | 31/10/2016

L'absence de neutralité axiologique est l'un des dangers de Wikipedia. L'autre étant une faiblesse dans la diversité des sources d'information. A part ça, on peut trouver des pages d'une qualité qui transcendent le reste; mais il faut savoir trier, c'est la rançon de la culture de masse.

Écrit par : rabbit | 31/10/2016

L'absence de neutralité axiologique est l'un des dangers de Wikipedia. L'autre étant une faiblesse dans la diversité des sources d'information. A part ça, on peut trouver des pages d'une qualité qui transcendent le reste; mais il faut savoir trier, c'est la rançon de la culture de masse.

Écrit par : rabbit | 31/10/2016

«Le crime de Payerne n'a pas mis le feu aux poudres»

Mais, il semble que l'évocation du crime de Payerne a mis le feu au blog.

Écrit par : petard | 31/10/2016

Pétard, c'est interdit de discuter ??

La Suisse n'est par nature, très causante, tradition bancaire oblige, mais de là à parler de "feu au blog", c'est un peu provocateur !!

Géo, il y a des centaines de notes sur le net concernant l'un des fondateurs et financier du parti nazi !!!

(ne me surestimez pas à ce point, d'écrire les bios de tous les criminels nazi, désolé, mais le travail à déjà été fait, certainement par des affabulateurs, pour Géo, tout ce que dit "Corto" est sujet à vérifications !!!

Écrit par : Corto | 31/10/2016

Pétard, c'est interdit de discuter ??

La Suisse n'est par nature, très causante, tradition bancaire oblige, mais de là à parler de "feu au blog", c'est un peu provocateur !!

Géo, il y a des centaines de notes sur le net concernant l'un des fondateurs et financier du parti nazi !!!

(ne me surestimez pas à ce point, d'écrire les bios de tous les criminels nazi, désolé, mais le travail à déjà été fait, certainement par des affabulateurs, pour Géo, tout ce que dit "Corto" est sujet à vérifications !!!

Écrit par : Corto | 31/10/2016

Toute la question regardant l'affaire de Payerne réside dans le fait de savoir si, les auteurs de ce crime avaient spéculé sur la même immunité que celles largement répandues dans le reste de l'Europe !

Les coupables ont agis car ils se sentaient portés par une sorte de mission diabolique recouverte d'un voile aux reflets "divins". Une autre question est de savoir, combien de compatriotes de ces monstres ont soutenus cet acte lâche.

Néanmoins et pour conclure, les auteurs ont été jugés et punis, peut-on espérer mieux que la justice ?

Écrit par : Corto | 01/11/2016

«c’est interdit de discuter ??»

Je regrette juste que l’on n’évoque pas assez ou pas du tout, le documentaire réalisé en 1977 par Yvan Dalain et Jacques Pilet, qui fait intervenir des protagonistes de ce crime.

L’intérêt de ce film, est que sous le prisme des années septante, il restitue de manière troublante l’ambiance pesante des années quarante. Et on a vraiment l'impression que les protagonistes étaient plutôt de parfaits crétins, plutôt que des idéologues nazis ayant savamment préparé leur coup.

En tous les cas, il y a un immense décalage avec ce que Jakob Berger a voulu transmettre.

Voir le documentaire ici:
http://www.rts.ch/archives/tv/information/temps-present/3442710-le-crime-de-payerne.html

Écrit par : petard | 01/11/2016

Et si on parlait aussi de ça, qui était une dégueulasserie plus ou moins collective !

Ne disposant d'aucune loi les protégeant et considérés comme des «cas sociaux», on estime à 100'000 le nombre d’enfants qui ont été placés de force dans des institutions et des familles d’accueil, entre 1800 et 1980. Les raisons de ces placements étaient nombreuses: pauvreté, décès des parents, divorce, naissance illégitime sans oublier l'«abandon moral», autrement dit l'incompatibilité de la vie des géniteurs avec les normes bourgeoises de l’époque.

Tandis que cette révoltante coutume continua même après la Seconde Guerre mondiale, ses dernières victimes sont encore vivantes et ont raconté leur calvaire au réalisateur suisse, Markus Imboden, dont le père fut également utilisé comme main d'oeuvre bon marché lorsqu'il était enfant.

Dans L’enfance volée (Der Verdingbub), Imboden aborde un des plus tristes chapitres de l'histoire de la Suisse.
Hélas en français, les dialogues sont très mal restitués du suisse-allemand.
Pour l’ambiance, voir la version alémanique.

Bande annonce ici:
https://www.youtube.com/watch?v=1xMfg6QqD3E

Billet de Sylvie Neidinger ici:
http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2012/04/20/l-enfance-volee-le-film-de-marcus-imboden-sort-en-suisse-rom.html

Écrit par : petard | 01/11/2016

D'accord avec petard, c'est bien là qu'on observe le pire des temps passés en Suisse...
Corto@ Vous me reprochez de mettre en doute vos affirmations ; en voilà une de plus : "l'un des fondateurs et financier du parti nazi", qui rappelons-le, est né en 1915 alors que le "coup" de Hitler a eu lieu en 1923.
Y a qqch qui cloche...
D'autre part, vous avez voulu laisser croire que "la Suisse" (donc son gouvernement...) était derrière ce coup des nazis en 1923. Avouez qu'il y a de quoi mettre vos propos en doute...

Écrit par : Géo | 01/11/2016

Géo, il avait 16 ans lors de sa première rencontre avec hitler !

Écrit par : Corto | 01/11/2016

Mais la Suisse n'a pas attendu françois genoud pour participer au financement du parti nazi en formation, je ne sais pas si je l'ai déjà dit ; des wagons de faux deutschemarks ont alimentés les caisses d'hitler et ces wagon passaient par la Suisse qui avait prit part active dans ce trafique !

Écrit par : Corto | 01/11/2016

Géo, puisque vous êtes si bien informé, dites-moi comment et par quel biais genoud est devenu "banquier" (si jeune) ??

Écrit par : Corto | 01/11/2016

Et si vous voulez un ouvrage de référence sur le rôle de la Suisse dans la fuite des nazis après la guerre, lisez : "Le croissant et la croix gammée" de Roger Faligot et Rémi Kauffer (Albin Michel) !

Écrit par : Corto | 01/11/2016

Et un autre livre que vous ne trouverez plus : L'or nazi d'Edmond Paris !

Écrit par : Corto | 01/11/2016

Ou le "Vatican contre l'Europe" du même auteur.

Écrit par : Corto | 01/11/2016

Moraliser a posteriori les excès d’une époque, c’est la marque de ceux qui, après Hegel, ont voulu donner un sens à l’Histoire et qui, depuis, la réforment sans cesse pour ne pas affronter le présent du regard.

Les malheurs rappelés ici ont conduit à un excès inverse, qui a pour nom victimisation, et à l'abus des faux droits économiques et sociaux (http://www.wikiberal.org/wiki/Faux_droits) au préjudice de droits naturels indéfectibles.

Écrit par : rabbit | 01/11/2016

Ce qui ressort de ces échanges, c'est que Corto utilise des références qu'il serait le premier à descendre en flammes s'il s'agissait de défendre Israël.
J'arrête ici, toutes les bonnes choses ont une fin.

Écrit par : Géo | 01/11/2016

Je le crois aussi, d'autant plus que vous avez un retard considérable dans le suivi du cas Clinton. Tout ce que la complaisance de la RTS vous a dissimulé depuis le week end. Les médias chinois aux longues oreilles ont préparé le terrain dimanche et dès lundi, la surface du New York Times craquait en évoquant des faits précis de corruption et des sondages affolés. Le Washington Post a même pouffé.

Écrit par : rabbit | 01/11/2016

Le silence, la censure et les insultes, c'est à peu de chose près ce qui caractérise la névrose helvétique, elle n'est pas la seule !

Concernant la remarque de Géo, je ne ne pense qu'Israël ait été ou soit à l'abri des critiques, même, et surtout bornes comme celle lâchée "courageusement" par Géo !

La seule différence, c'est que l'histoire d'Israël est exemplaire et noble, en Israël la discussion est bienvenue, ainsi que la contradiction, pour preuve, tous les ennemis d'Israël se servent auprès de la presse israélienne, "haaretz" en est un exemple. Je ne connais pas de quotidien suisse tenant un place équivalente à "haaretz". Il y a un manque sérieux de journal d'opposition en Suisse, les vrais critiques et les investigations y sont quasi inexistante, c'est le consensus à outrance, ce n'est pas rassurant par les temps qui courent !

Écrit par : Corto | 01/11/2016

«Le silence, la censure et les insultes, c'est à peu de chose près ce qui caractérise la névrose helvétique»

La démocratie ou l’excès de démocratie a ses avantages et inconvénients. Le consensus, cette caractéristique ambigüe de la démocratie suisse permet en effet de ménager la chèvre et le chou sans trop causer de troubles à l’ordre public. Inconvénient (effets secondaires): les processus qui amènent au consensus, annihilissent l’exercice même de la démocratie.

Prenons le cas des référendums et initiatives populaires (démocratie directe, qui créent l’illusion; il faut un tel parcours du combattant avec tellement de «concordances» pour qu’une protestation ou un projet aboutisse, que ça en devient comique: Nombre de signatures requises (toujours en hausse, quand elles s’obtiennent faciulement); acceptation à la majorité du peuple et des cantons; et maintenant encore, conformité avec des législations étrangères, etc. Et une fois que c’est enfin «gagné», c’est le parlement ou le gouvernement qui se couche sur le résultat acquis aux forceps.

«Cracher dans la soupe ou non»
La critique du système, ou cracher dans la soupe sont deux choses bien distinctes: il n’est pas acceptable que l’on stigmatise, la Suisse, son peuple, la nation tout entière, pour le déroulement de l’Histoire.
En revanche, il y a des groupes, des gens, des clans, des individus isolés qui portent des responsabilités; et par conséquent doivent répondre de leurs actes.

«La seule différence, c'est que l'histoire d'Israël est exemplaire et noble»

Peut-être, c’est vous qui le dites, probablement. Mais ça ne saute pas aux yeux. En tout cas, j’observe qu’Israël a pas mal de soucis d’image avec le reste du monde. Israël a peut-être réussi bien des choses sur les plans technologiques et scientifiques, mais a complètement loupé sa communication pour se faire apprécier des deux tiers de l’humanité qui s’interroge.

Écrit par : petard | 02/11/2016

Il ne s'agit pas seulement d'un problème d'image. Il s'agit de l'imbroglio juridique autour des colonies plus ou moins sauvages en Cisjordanie. Cela fait pas mal de temps que je pense que l'Islam a pour raison d'être l'affrontement avec les Juifs. Les Arabes en avaient marre d'entendre parler d'un dieu unique qui parlait hébreu et qui désignait les Israélites comme "peuple élu". Il leur fallait un dieu qui parle arabe, avec un prophète clairement désigné comme le dernier et ultime et un livre intouchable. Si Israël a un problème d'image, c'est surtout parce qu'il y a beaucoup de musulmans. Parce que bon, Hebron, Judée, cela ne sonne pas tellement arabe...

Écrit par : Géo | 02/11/2016

Pétard, vous soulevez un point qui ne cesse d'interroger bon nombre d'observateurs :

La "communication" !

Mais comment la "communication" peut-elle surnager face à la désinformation systématique et comment des régimes pourris jusqu'à la moelle peuvent-ils donner des leçons tout en étant repris systématiquement par l'ensemble des médias ?

Pétard, vous faîtes une comparaison entre la "critique" et la "médisance" (cracher dans la soupe), Pétard si les Suisses s'indignaient autant concernant les fausses informations touchant Israël que vis-à-vis des intox touchant la Suisse, on trouverait certainement une certaine forme d'équilibre !

Géo, je vais quant même faire un petit rappel en ce qui concerne les territoires : La guerre contre Israël a été déclarée par les pays arabes à cette époque la lutte étaient à 30 contre 1 et avec une jeune nations désarmée alors que l'Angleterre venait d'armer la Jordanie et l'Egypte, pendant que la France venait d'armer le Liban et la Syrie (pour faire court). Miraculeusement Israël a remporté cette guerre. Cela n'a vraisemblablement pas suffit, en 1967, pléthore de nations arabes menacent au travers de plus de 30 armées musulmanes, de détruire Israël et de jeter les juifs le à la mer et c'est là qu'en 6 jours Israël a fracassé ses ennemis qui pas encore convaincus, remettent ça en 1973 et attaque l'état juif pendant le Yom Kippour, la les combats sont plus meurtriers pour Israël qui finira néanmoins par vaincre en 1 mois et confirmer sa position, ne pas oublier qu'en 1973 Israël était à 30 km de Damas et 101 km du Caire !

Qu'en 1967 avant la guerre des 6 jours, Tel-Aviv était à 12 km des cannons ennemis et que les arabes ne se sont pas gênés !!

Depuis ne cesse de hurler une bande d'immigrés arabes venus en ""Palestine"" pour contrer la présence juive, 80% des ""palestiniens" ne sont rien d'autre que des populations déplacées par les états voisinant l'actuel Israël afin de noyer les immigrations juives dans un océan musulman !

Quelques décennies plus tard, c'est la Suisse qui abrite ses serveurs informatiques en Israël (banques, Ruag etc..) et c'est Israël qui forme les élites militaires helvétique et qui fournit des armements stratégiques à la Suisse (drones, système de communications et bientôt les rations de chocolat de l'armée suisse) !

Ne pas aussi négliger le fait que, les Suisses comme beaucoup d'Européens sont actuellement victimes des mêmes désinformations que celles pratiquées envers Israël durant ces années d'intox irrespirables, peut-être que les populations ont sous-estimé le rôle prédominants des médias et des cryptocommunistes qui les dirigent !

Pétard, toujours est-il qu'Israël dans ce sale petit jeu des "communiqués de presse" semblent malgré tout bien s'en sortir alors que je ne ferai pas le même pronostique pour une bonne partie de l'Europe menacée par l'islamisation, en quelque sorte, "l'arroseur arrosé" !

Surtout qu'en matière de "communication" regardant Israël, je n'appellerai pas ça "cracher dans la soupe", mais plutôt mettre de la soupe dans les crachats !

Bien à vous (2)

Écrit par : Corto | 02/11/2016

"les Suisses comme beaucoup d'Européens sont actuellement victimes des mêmes désinformations que celles pratiquées envers Israël"
C'est exactement ce que j'ai écrit à propos des journalistes de Mediapart et de la politique d'Arte avec ses films sur "l'Or des nazis"...
Sur Israël, je me répète : école de recrues de grenadier en 1971, nos héros et nos modèles étaient les soldats israéliens. Je ne suis pas le seul dans ce cas en Suisse, loin de là.

Écrit par : Géo | 02/11/2016

Géo, la majorité des Suisses ayant un minimum de jugeote pensent comme vous, mais combien osent l'afficher face aux tempêtes médiatiques déversées continuellement !

Aujourd'hui l'occident peut se faire une meilleure image de qui sont les ennemis d'Israël, ceux que l'Europe et la Suisse ont soutenus avec des centaines de milliards et d'innombrables corruptions attaingnant les plus hautes sphères de la politique helvétique et européenne, exemple : La socialiste Micheline Calmy-Rey qui a octroyé des passeports diplomatiques suisses ainsi qu'une représentations diplomatique (Zurich) à plus de 150 membres du hizbollah libanais et syrien !

Pour rappel, le chiffre d'affaire du hizbollah en Europe rien que pour les trafiques de drogues dépassent les 80 milliards annuellement !

Bravo les corrompus socialistes !!!

Écrit par : Corto | 02/11/2016

Quoi qu'il en soit, nous avons été bluffés par le coup de Kampala en 1976: du travail soigné. Et les plus anciens se souviennent des photos de Paris-Match sur la Guerre des 6 Jours (avec les chaussures abandonnées).

Écrit par : rabbit | 02/11/2016

Israël, le petit Israël, le tout petit Israël s'est battu contre 30 armées et des millions d'effectifs ennemis sur le terrain et en 6 jours, les arabes ont levés le drapeau blanc avec des pleures venant de l'onu comme si Israël traitait mal ses prisonniers ou comme si Israël avait commit des massacres et en 2016, toutes les grandes armées de la planète tricotent pendant des mois pour neutraliser quelques milliers de tarés à Mossoul et c'est pas finit, loin d'être finit !!!

Tout ça pendant que la confédération continue de financer le hamas, ou plutôt les chefs du hamas sur leurs comptes en Suisse et qui font tié-tié avec des hauts fonctionnaires du MAE très "moralistes" !

Il faut rappeler que pratiquement tous les exemplaires en arabe de "mein-kampf" sont imprimés dans les imprimeries entièrement financées par les aides, notamment helvétiques de Gaza !!

Ironie de l'histoire, Israël arme la Suisse alors que la Suisse soutient par tous les bouts la dictature iranienne, celle également implantée à Gaza et qui promet un nouveau génocide du peuple juif !!

Écrit par : Corto | 02/11/2016

Chers amis blogueurs,
J'assiste à vos échanges qui sont intéressants et souvent bien documentés. Mais on s'écarte un peu trop du crime de Payerne.
Je vous propose de garder votre énergie pour les échanges que suscitera un prochain sujet et me permets, dorénavant, de ne plus publier la suite des ces échanges.
Merci pour votre intérêt et à une autre fois.

Écrit par : JAHaury | 02/11/2016

La particularité vaudoise, ou l'une des particularité vaudoise est que ce canton ait été sous de nombreuses influences et diverses occupations, Duc de Bourgogne, lombards, savoyards, autrichiens, prussiens, Napoléon, Bernois etc etc., sans parler de l'empire romains-germaniques on fait de ce carrefour géographique stratégique un lieu où confrontations et soumissions se sont confondues en compromissions et déradations d'identités consécutives. Louis Vulliemin, le major Davel et combien d'autres valeureux défenseurs des valeurs et des causes ont été l'objets de trahisons dans canton bigarré par les dominations extérieures ?

Il n'est donc pas non plus étonnant que dans ce contexte, qu'Arthur Bloch ait aussi été la victime de ces turbulences identitaires et de ces conflits étouffés par des siècles de politesses. Notamment pendant la période concernée, la conseil d'état vaudois de droite était dans son ensemble aligné derrière sa "Ligue Vaudoise" bien plus proche d'hitler que des objectifs qu'elle s'était donnée quelques années plus tôt. Alors que la population vaquait à ses occupations régaliennes, l'élite bourgeoise des capitales vaudoises se complaisaient dans la fange brunâtre des reflets d'une Europe ouvertement nazie, les sirènes du fascisme nazi faisaient bien souvent tourner les têtes des pingouins occupant les salons lausannois et bernois. A ce sujet, les censures ont fait leur travail et les historiens vaudois auraient encore bien du travail afin de recadrer les écarts observés entre 1940 et la fin de la deuxième guerre mondiale. Genève avec son Oltramare (Dieudonné) a travaillé sur son passé trouble alors que des, Arthur Fonjallaz, Philippe Lugrin au maurrasssien Marcel Regamey et sa coure financée par la Migros sont restés bien à l'abri des éclairages des historiens de la place vaudoise.

Il y avait matière à s'égarer dans ce vaudois provincial irrigué par bien des crétins biens placés de cette tectonique européenne entraînée par le moustachu en chef. Une fois de plus, la bourgeoisie vaudoise s'est une fois de plus, illustrée avec son légendaire "ni pour no contre, bien au contraire" !

Comme au 21ème siècle, ce canton brille par son manque de courage politique et sa pleutrerie élitaire !!

Écrit par : Corto | 05/11/2016

"l'une des particularité vaudoise est que ce canton ait été sous de nombreuses influences et diverses occupations "
Il ne se trouve pas un seul territoire d'Europe qui n'ait pas subi le même sort...

Écrit par : Géo | 06/11/2016

C'est justement le particularisme "vaudois", dans les autres régions d'Europe, ces invasions ou influences exogènes ont provoqué des crises profondes avec des retours de manivelles alors que dans le canton de Vaud, ces ingérences ont été digérées et intégrées par superpositions !

Écrit par : Corto | 06/11/2016

L'antisémitisme vaudois était animé par des influences extérieures, le canton de Vaud s'est comporté telle une éponge ou tel un caméléon assis sur l'un des centres géostratégiques européens, de par sa situation géographique. Ce canton a depuis des millénaires été un axe de passage et n'a pratiquement jamais globalement marqué d'opposition envers ses envahisseurs. Les romains avaient décrété le canton de Vaud comme le centre du monde !

Un centre du monde qui se soumet sans revendication !!

Contrairement par exemple à Zurich, qui a toujours défendu ses intérêts de manière bien plus violente.

Écrit par : Corto | 06/11/2016

Écrit par : Corto | 07/11/2016

CA commence à bien faire la censure !!!

Monsieur Haury recommence à voir des doubles-agents partout ?

Écrit par : Corto | 07/11/2016

Voilà la pseudo liberté vaudoise, afficher la liberté et ce besoin irrépressible de cacher les petites pseudos intrigues de ce petit pays !

françois genoud était caché pendant 60 ans, mais aucun lien, bien sûr, avec la finance vaudoise !!

Le premier signe de cette intolérance envers les autres, c'est ce refus de la contradiction, c'est ce qui mène les populations vers le rejet et de ça, le parti libéral vaudois qui n'a rien de libéral, excelle !!!

Écrit par : Corto | 07/11/2016

Les commentaires sont fermés.