23/12/2020

Et si le mutant anglais était une bénédiction de Noël ?

Un mutant du Covid-19 est apparu en Angleterre : il serait beaucoup plus contagieux. La plus forte probabilité biologique est que sa virulence diminue d'autant; il pourrait même devenir quasiment inoffensif. Peut-être ? On se permet de rêver.

Créer l'immunité contre un virus très pathogène en injectant une forme atténuée : c'est le principe même de la vaccination. Historiquement, on a commencé par injecter le virus de la vaccine, inoffensif, pour protéger les patients de la variole, maladie grave. Jusqu'aux tous nouveaux vaccins à ARN messager, ce fut le principe de toutes les vaccinations.

La biologie enseigne que plus une virus devient contagieux, plus il perd de sa virulence. Jusqu'à preuve du contraire, c'est bien ce qui pourrait se passer avec le mutant du Covid qui envahit le sud de lAngleterre. Mais alors, contrairement à ce que nous assènent les alarmistes de tout bord, cette mutation serait une super bonne nouvelle ! Les personnes,  très nombreuses, qui seraient infectées par ce mutant auraient peu de symptômes - quelques jours de fièvre, quelques douleurs, un petit rhume peut-être, soit exactement ce qu'on nous annonce avec le vaccin - après quoi elles seraient immunisées contre le Covid-19. 

On devrait alors ouvrir grand nos portes aux Anglais, qui deviendraient ainsi, de fait, nos vaccinateurs naturels. Et gratuits ! Finis les traçages, les quarantaines et les "mesures barrière" : vive la contagion et l'immunité collective !

Je rêve ? Peut-être, mais ce rêve n'est pas absurde. Bien sûr, il mettrait à l'écart tous les épidémiologistes qui dominent actuellement les politiques de nos divers pays. Bien sûr, il mettrait à mal les campagnes de vaccination qui démarrent. Les alarmistes qui, depuis des mois, ne relaient que les mauvaises nouvelles ne vont probablement pas s'empresser de s'engouffrer dans ce rêve. Mais si les nombreuses nouvelles contaminations anglaises ne se soldent pas par une forte recrudescence des hospitalisations et des morts, c'est pourtant bien que ce rêve deviendrait réalité.

A la veille de Noël, ce que la science nous enseigne pourrait bien transformer cette mutation anglaise non pas en une calamité, mais en une bénédiction !