27/11/2007

Démissionnez, M. Ospel !

D’abord une question d’honneur : lorsqu’une entreprise a pris des décisions qui nuisent gravement à son image, le patron assume et s’en va dignement. C’est aussi une question de mérite : si M. Ospel peut affirmer que son salaire exorbitant est justifié par les risques personnels qu’il prend dans sa fonction, on peut éventuellement être d’accord ; à condition que, lorsque le risque se réalise et que les affaires tournent mal, il se souvienne que c’est désormais la mise à pied qu’il mérite. C’est encore une question politique : des entreprises comme l’UBS ont besoin d’un certain nombre de conditions cadres, favorables à leur prospérité. Ces conditions cadres, elles les doivent principalement à l’engagement des partis du centre et de la droite. S’accorcher à son siège lorsque les affaires tournent mal, c’est contribuer à discréditer l’engagement de ces partis et, par enchaînement, faire le jeu de tous  ceux qui veulent nuire à notre place financière.

Le poste de M. Ospel est un poste « exposé » dit–on. Certes, mais exposé à quoi ? Exposé tout simplement à l’obligation, lorsque les affaires tournent mal, d’en assumer les conséquences personnelles et de se retirer. Il ne s'agit pas d'une question de "justice" : il s'agit tout simplement d'appliquer la logique du système ultralibéral dont M. Ospel a tiré profit jusqu'ici.

16:18 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (2)

14/11/2007

Le « joint » des privilégiés

L’étude de l’UNIL sur le cannabis doit être lue avant d’être interprétée. Sur les 5363 jeunes interrogés, seuls 455 (= 8,5%) se trouvent en situation de ne fumer que du cannabis sans y adjoindre de l’alcool et/ou du tabac. 1703 (32%) sont des polyconsommateurs ; les autres sont abstinents. Dans le groupe « Cannabis seul », fortement minoritaire, on constate que les jeunes qui ont de bons résultats scolaires, font du sport, vivent dans une famille harmonieuse et ont une bonne équipe de copains peuvent fumer un « joint » de temps en temps sans danger. En d’autres termes, que dans une petite élite de jeunes pour qui tout va bien, un peu de cannabis, occasionnellement, ne fait pas de mal. Ce qui est d’une banalité affligeante. Ouf : l’étude ne révèle rien d’autre que ce que nous savions déjà !

Le problème, c’est que la politique de santé publique ne s’adresse pas d’abord au jeunes pour qui tout va bien, mais à ceux qui sont en difficulté ou en danger. Ce sont les jeunes fragilisés par une rupture familiale, des difficultés scolaires ou un isolement social qu’il convient de protéger. Pour ces jeunes-là, le cannabis (comme l’alcool et le tabac) constituent un véritable danger. C’est à leur intention que les adultes en général, les autorités en particulier doivent donner un message clair : on ne pactise pas avec le cannabis.

09:07 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (3)

11/07/2007

«Fragilisés», dites-vous…

Le vocabulaire psychosocial s’enrichit régulièrement de termes qui expriment une orientation politique. Ainsi du terme «fragilisé», désormais très en vogue dans les milieux de gauche. Lorsque Celsa Amarelle, vice-présidente de la Fédération romande des consommateurs, commente à la Radio romande (Forums, 10.7.07) l’augmentation des faillites privées, elle évoque les personnes concernées: non pas des gens en difficulté, non pas des gens faibles ou démunis, mais des personnes «fragilisées».
Ce mot n’est pas innocent. Un être «fragilisé», c’est donc un être que d’autres ont rendu fragile. Toujours la même démarche: les responsables, ce sont les autres! Regardez à l’école: lorsqu’un élève est en difficulté, le première question n’est pas de rechercher ce que l’enfant peut faire pour s’en sortir, mais bien ce que l’école peut faire pour lui.
«Fragilisé», c’est la nouvelle expression de la culture de la victimisation, de la culture de l’excuse. C’est cette culture de l’excuse que Tony Blair a dénoncée en venant au pouvoir. Et c’est probablement pourquoi son socialisme à lui a été si profitable à son pays.

14:58 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (9)