18/01/2020

Cette Norvège que Le Temps prend pour modèle...

Peu avant Noël, Le Temps a publié une série d'articles présentant la Norvège comme « La Suisse en mieux ». Il s'agissait de montrer ce pays en exemple pour sa politique familiale, pour son aide au développement et pour son soutien à la mobilité électrique.

Un exemple, vraiment ? Ce pays retire 34 milliards CHF de l’exploitation du pétrole, soit à peu près la moitié du budget de la Confédération, pour une population qui représente 2/3 de la Suisse (Le Temps, 4.2.19). Pas difficile, avec ces revenus, de financer une politique sociale généreuse, l’aide au développement et l’achat de véhicules électriques. Au moment où le monde entier mesure les dégâts causés par les énergies fossiles, prendre en exemple, pour la Suisse, un pays qui construit sa richesse sur le pétrole – et qui continue à investir par milliards dans son exploitation – a quelque chose de choquant. S'il faut, en 2020, mettre en balance un allongement du congé parental et la lutte contre le CO2, ce n'est certainement pas le développement de l'exploitation du pétrole qui doit l'emporter. Lorsque la Norvège renoncera aux montants gigantesque qu'elle retire de cette offense au climat, on pourra commencer à la donner en exemple à notre pays. 

Si la Norvège mérite quelques félicitations, c'est sur la façon dont elle fait profiter l'ensemble de la société de ses revenus pétroliers. En Norvège, cette  richesse profite, non pas à une caste de privilégiés, mais toute la population. J'ose remarquer que cette "collectivisation" de la richesse est assez caractéristique d’un pays de culture protestante ! Sur ce plan, c’est à d’autres exportateurs de pétrole qu’elle devrait servir d’exemple.