08/04/2021

On a le droit de critiquer la Task Force et l'OFSP sans être complotiste

Nous ne sommes pas dans une dictature, mais il est très mal vu de critiquer les décisions autoritaires que le Conseil fédéral prend sur la base des recommandations de l'OFSP et de sa Task Force.  Quelques exemples.

Lee Conseil fédéral vient d'engager un Milliard CHF ( = 1000 millions !) pour promouvoir les auto tests Covid. Or on peut lire dans Le Temps du 8 avril 2021 ces propos du Professeur Nicolas Vuilleumier, des HUG :

"Il convient de rappeler qu'un rapport récent du NSH au Royaume-Uni a démontré que l'implémentation du dépistage de masse (dont l'utilité n'est soutenue par aucune. évidence scientifique à ce jour) en Angleterre n'a eu aucun impact sur l'évolution ni du nombre de cas, d'hospitalisations, de décès, ou sur la durée ou le nombre de confinements, malgré 32 milliards de livres investis." 

Sans être complotiste, on peut quand même se demander si ce milliard n'aurait pas été plus utile ailleurs.

A Moutier, le 28 mars, les manifestants n'ont respecté aucune des "règles sanitaires" imposées : onze jours plus tard, c'est à dire au moment où les éventuelles contaminations devraient se détecter (il faut en moyenne 4 à 5 jours), on n'observe aucun pic d'infections.

Sans être complotiste, on peut quand même se demander sir ces règles sanitaires servent à quelque chose d'autre qu'à entraver la vie quotidienne.

On nous annonce que le nombre de "cas" ne diminue pas. En parallèle, le nombre d'hospitalisations et de décès ne cesse de diminuer. En creusant un peu, on constate que les patients qui ont une charge virale trop faible pour être ni malades ni contagieux sont néanmoins comptabilisés comme "cas positifs". Parmi eux, des patients déjà immunisés, soit naturellement, soit par la vaccination.

Sans être complotiste, on est en droit de critiquer les critères sur lesquels se base l'OFSP pour comptabiliser les "tests positifs".

Et c'est dans ce contexte que le président de la Task Force annonce qu'aucune mesure de relâchement ne doit être envisagée avant plusieurs mois. Les dictatures se reconnaissent au fait que les autorités restreignent les libertés individuelles sur la base d'informations qu'elles contrôlent strictement. Pour l'heure, chez nous, il est heureusement encore permis de diffuser d'autres informations et d'exprimer des avis divergents

 

Commentaires

"Pour l'heure, chez nous, il est heureusement encore permis de diffuser d'autres informations et d'exprimer des avis divergents"
Oui, mais pour quels effets ? Depuis de nombreuses années, j'observe le phénomène suivant dans nos médias publics et payés par nous. On donne la voie aux opposants à la doxa en cours, qui donnent tous les arguments, valables et bien fondés, qui s'opposent à cette doxa. Dès l'heure suivante et durant plusieurs jours, la campagne en faveur de la doxa dominante continue de plus belle. Rien de changé, rien n'est pris en compte.
Ainsi pour la campagne en faveur des véganes et des anti-spécistes casseurs de boucheries, pour les fascistes féministes, pour les adorateurs de Greta Thunberg, etc, etc...
Rien n'y fait. La machine à broyer les consciences tourne sans arrêt ni relâche...
Avec quel succès, on n'en sait trop rien. L'efficacité propagandiste de la RTS laisse à désirer. Les Suisses continuent de manger de la viande, les hommes et les femmes continuent de s'apprécier mutuellement et les Suisses continuent de rouler en voitures thermiques...
Dans quelques temps, les mesures anti-Covid passeront pour ce qu'elles sont : complétement inopérantes...
Le problème n'est pas dans la personnalité malade de certains élus écolos, anti-Tour de France, anti sapins de noël ou anti plaisir des jeunes à recevoir un baptême de l'air. Le problème, c'est qu'il y a trop de gens suffisamment stupides pour voter pour ces gens-là. Comme autrefois ils ont voté pour Hitler...

Écrit par : Géo | 10/04/2021

@Geo : vos remarques sont tout-à-fait pertinentes. Si nous ne vivons pas en situation de dictature, il est néanmoins intéressant de voir combien sont nombreuses les personnes qui non seulement "gobent" tout ce qui est dit, surtout les propos les plus alarmistes, mais se plaisent à en rajouter. Un homme, qui a vécu le totalitarisme soviétique, me disait que non seulement une grande partie de la population s'y soumet volontiers, mais se plait à en rajouter, notamment en se livrant à la délation. Voyez chez nous avec quelle jouissance certains employés de magasins vous agressent si vous n'avez pas - pas encore ! - imprégné vos mains du fameux gel hydro alcoolique.

Écrit par : JAHaury | 10/04/2021

Après une année de ce régime qui ne porte aucun nom, on commence à sentir les effets sur l'être social. Un exemple pour illustrer ce mal qui gagne nos jeunes enfants sans faire de bruit.

Lors d'une sortie scolaire d'une classe de 2ème primaire, plusieurs enfants, après avoir visité une propriété privée dont le propriétaire est un passionné de la bio-diversité qui héberge dans ses viviers des poissons et des batraciens et qui dispose de nombreux nichoirs pour les oiseaux, un petit groupe d'enfants me demandait s'il arrive aux animaux, notamment à mon chat que je tenais dans les bras, d'attraper le covid.
Une question les taraude et qui était revenue sur de nombreuses lèvres: "Est-ce qu'on va tous mourir de la maladie?(du covid évidemment)"
Et si tout le monde meurt, si papa et maman meurent, on fera comment pour se nourrir? Est-ce qu'on pourra continuer à aller à l'école...?"

Chose amusante mais qui signifie combien ces mesures entravent leur spontanéité, leur réflexe naturel d'ôter leur masque pour me parler. Sans quoi, ils pensaient que je ne pouvais pas entendre leurs questions.
Ils me racontent leurs nuits de cauchemar. C'est très instructif.

Écrit par : Marlene Dupraz | 11/04/2021

Je reprends avec sérieux le problème Covid qui a fait tant de victimes, non à cause de lui, mais grâce à lui, ce que nos autorités ne l'auraient pu et que s'il n'existait pas il faudrait l'inventer.
Le covid, on lui a donné ce nom pour sa proximité avec ses parents de la grippe et ça fait mieux gober la messe qu'on va servir. Cette sorte "d'arme bactériologique" censée tuer massivement, a la puissance de la menace quasiment équivalente à l'arme nucléaire. Elle sert avant tout à dissuader ceux qui veulent résister ou s'opposer. Donc, ce qu'on nous fait vivre actuellement n'est pas fortuit, ni un hasard du temps. Tout a été soigneusement étudié et programmé.

J'abrège mon commentaire en disant simplement que nous avons affaire avec des fous, avec de sociopathes et ces pages méritent d'être lues. Qu'on se convainque que le Covid est ingénieusement mis en scène. Le théâtre va durer et on devra aussi jouer les parties improvisées, car les effets collatéraux vont eux aussi évoluer avec l'avancement du script, pas toujours parfaitement bien pensé. Il arrive que notre société bogue comme leur technologie.


https://lilianeheldkhawam.com/2021/02/14/le-schwabisme-convergent-entretien-avec-slobodan-despot/
Vous lirez aussi une analyse de Slobodan Despot, écrite dans une langue métaphorique caractéristiquement pédagogique.
Notre gouvernement fédéral s'est construit lui-même son piège dans lequel il nous enferme avec lui.

Écrit par : Marlene Dupraz | 13/04/2021

la mafia pharmaceutique est à l'oeuvre.

les états-unis et l'union européenne ont déjà dépensé au minimum 40 milliards en vaccins.
combien le gouvernement suisse a-t-il dépensé à ce jour en vaccins...? pas de réponse, car le secret des affaires est invoqué alors qu'il s'agit pourtant de santé publique avant tout...

le gouvernement suisse continue à recommander le remdesivir alors que son efficacité est quasi nulle. une dose de ce produit coûte 360 francs et le dealer (gilead) recommande d'acheter six doses...

dans le même temps, de nombreux médecins partout dans le monde recommandent l'usage en prévention et en curatif précoce de l'ivermectine.
de nombreux essais concluent à une réduction significative de la transmission virale, à une réduction significative des complications de longue durée et à une réduction significative de la mortalité.
grâce à ce médicament, de nombreuses complications et de nombreux décès pourraient être évités, et les mesures anti-sociales pourraient être levées beaucoup plus rapidement.
de plus, ce médicament est dans le domaine public. il est donc très bon marché et tout le monde peut le produire.
mais, à cause de cela, la mafia pharmaceutique fait pression sur l'oms et sur les états pour ne pas le recommander et pour ne pas obliger le détenteur du brevet -merck- de le produire en grande quantité.
cela réduirait les immenses bénéfices qu'ils sont en train de faire grâce à la vente des vaccins et grâce aux médicaments qu'ils sont en train de développer et voudront bientôt vendre à des prix usuriers.

Écrit par : Christophe Mottiez | 13/04/2021

Un test PCR est exigé pour grimper dans un avion à destination du Portugal.

Dans la mesure où maintenant, quitter le territoire par les airs est considéré comme un luxe; la mesure de dépistage est facturée 156 francs... plus cher que le billet d'avion...

C'est vraiment devenu un monde de fous !

Écrit par : petard | 13/04/2021

@ petard | 13/04/2021
...ou un monde dirigé par des cons:
obliger les gens à faire un test rt-pcr avant de prendre un avion est imbécile, puisque avec ces tests on peut être positifs même si on n'est plus contagieux.

Écrit par : Christophe Mottiez | 15/04/2021

A tous ceux qui mettent encore en question les mesures de la confédération pour protéger la population : allez au Brésil, faites vous plaisir. Là-bas c’est votre idéal...
Moi j’a vu mes collègues des soins intensifs qui partaient bosser en larmes durant la première vague et la deuxième pour deux raisons : la charge de travail était inhumaine et les gens qui dans leur salon commentent ce qu’ils veulent entendre....
Autre proposition : ne vous vaccinez pas.
Et j’espère que Mme Dupraz n’est pas enseignante car je lui rappelle que ces études de pédagogie ne lui confère le droit de tout savoir sur tout.
Meilleures salutations

Écrit par : Paolo | 16/04/2021

@ Paolo | 16/04/2021

monsieur,

la condition épidémique n'est pas uniforme au brésil.

dans les villes et régions où les autorités politiques ont cessé de suivre les recommandations de l'oms (relayées par les autorités sanitaires) de ne pas utiliser l'ivermectine, les conséquences de l'épidémie sont beaucoup moins graves que partout ailleurs au brésil.

je vous recommande la lecture

1.de cet article paru fin 2020:
https://covid19criticalcare.com/fr/ivermectin-in-covid-19/epidemiologic-analyses-on-covid19-and-ivermectin/

et

2.de cet article paru ce mois-ci:
https://blogs.mediapart.fr/enzo-lolo/blog/040421/covid-19-traiter-ou-ne-pas-traiter-un-exemple-au-bresil

informez vos connaissances au brésil que si elles ne suivent pas les recommandations de l'oms quant à l'ivermectine, la condition épidémique s'améliorera dans leur ville ou région.

Écrit par : Christophe Mottiez | 16/04/2021

Je vous conseille à tous, vous qui êtes si malins et si bien informés, de lire ou de relire "Guerre et paix". Ainsi vous prendrez peut-être conscience que l'absurdité du monde ne vient pas d'une volonté propre et délibérée, et que notre pauvre conseil fédéral ne fait que ce qu'il peut au mieux.

Écrit par : Emil Jacotey | 17/04/2021

Bonsoir,
L'association Aletheia, basée en Suisse, rassemble plus de 1 000 professionnels de la santé, en particulier des médecins et des infirmières, dont beaucoup travaillent quotidiennement sur le front du coronavirus.

Après environ un an de crise sanitaire, cette association a envoyé une lettre en allemand, datée du 10 février 2021, au Conseil fédéral et à de nombreuses autres autorités. Heureusement, maintenant cette lettre a été traduite en français et je vous conseille vivement d'en prendre connaissance :

Lien en francais : https://aletheia-scimed.ch/IMG/pdf/lettre-ouverte-hp-fr-20210308.pdf

Lien en allemand : https://aletheia-scimed.ch/IMG/pdf/offener-brief-hp-20210212.pdf?fbclid=IwAR0qWVEWRx8_5KckS5fwM0JBNZ77dP2hFpcTA0i0KrO7pOCboMGEuszc5ks

Ces mille personnes de l'association Aletheia sont-elles des complotistes ? Bien sûr que non. Mille félicitations à cette association pour ses démarches.

Écrit par : Michèle Herzog | 17/04/2021

Contre le Covid-19 les autorités ne proposent qu'une seule solution: un vaccin à ARN messager non testé, la phase de tests n'étant de loin pas terminée. Il est donc normal que certaines personnes refusent de se faire vacciner. C'est leur droit et ce ne sont pas des complotistes !
Mais il existe alors un nouveau problème. Comment faire pour connaître les adresses des médecins traitants qui acceptent de soigner leurs patients avec des traitements précoces tels qu'hydroxychloroquine, azithromycine, ivermectine, etc ?
Voici ma question: Comment faire pour obtenir la liste de ces médecins traitants, dans chaque canton suisse ? Merci très vivement à la personne qui me répondra.

Écrit par : Michèle Herzog | 17/04/2021

@Messieurs Herzorg et Mottiez: allez vous faire traiter par l’ivm ! Excellente idée! Ce qui me fait rire c’est que vous craignez le vaccin arn messager mais vous êtes prêt à prendre une substance qui n’est approuvée par aucun organisme de santé alors que son efficacité en laboratoire n’a été démontrée qu’avec des doses 100 fois supérieures aux doses thérapeutiques.
1000 soignants, une farce, rien qu’au chuv il y a plus de 8000 soignants! Une goutte d’égarés...je connais des mauvais skieurs suisses....
Excellente soirée

Écrit par : Paolo | 18/04/2021

Je ne comprends pas très bien l'attitude des anti-vaccins, surtout en ce qui concerne ceux avec l'ARN messager. Cette approche est travaillée depuis une dizaine d'années, en vue de soigner le cancer. A l'arrivée du Sars Cov2, elle a été utilisée pour lutter contre ce virus pour enseigner à notre corps une résistance aux spicules du virus. Cela a l'air de très bien fonctionner. La vaccination ne produit pas d'effets secondaires importants pour la plupart des gens, moi par exemple et semble avoir un bon effet de protection.
Je dis ça je dis rien, n'est-ce pas...

Écrit par : Géo | 20/04/2021

Pour rassurer ceux qui ont le bon sens de s'interroger sur tout ce qui doit les toucher et de questionner le dérouler des évènements quels qu'ils soient, en l'occurrence, celui du covid.
Il est très sain de rester éveillé, alerte et curieux. L'intelligence ne dépend pas de l'instruirie bien que celle-ci soit avant tout, une première boite à outils à posséder pour apprendre à déchiffrer les phénomènes. C'est le goût et le besoin d'être logique, d'être observant, qui développent l'envie de connaître et de savoir.
Connaître et savoir ne sont pas des délits. Ce sont des fenêtres qui s'ouvrent, il faut aller voir et essayer de comprendre. Comprendre! Voilà ce qui alimente l'intelligence. Comprendre pour Aimer. Aimer la vie. Naturellement.

Voilà pourquoi j'affectionne particulièrement ces blogs. Et leurs auteurs, en plus de leurs investissements personnels, ils nous apportent en partage les informations qu'ils trouvent et reçoivent. N'est-ce pas de la générosité que de nous faire bénéficier de leur réflexions? C'est ça la solidarité humaine, la société libre dans un état de droit. Ils entretiennent l'intelligence collective. Soyons en reconnaissants au lieu de les dénigrer.

Les souffrances et les décès auraient pu être évitées si les autres acteurs de l'économie et du politique ne s'étaient pas substitués aux médecins et à la médecine.

Concernant les très nombreux décès dans les homes médicalisés (EMS et EPAHD) les familles peuvent ressentir beaucoup de tristesse sachant qu'on les avait vaccinés de force et qu'on leur avait interdit toute visite (comme dans les hôpitaux psychiatriques ou les prisons).
Etant âgée moi-même et aimée de ma famille, chaque printemps qui peut être vécu est une fête au bonheur de la vie à prendre, ils sont comptés (espérance de vie); et quand à chaque printemps - un solde certainement - toute la famille se rassemble avec la joie des retrouvailles, il est vécu comme une félicité de la vie. On a envie de rendre grâce pour ces moments là. Pensez-y! Pensez à vous préparer à cette séparation si elle doit, un jour, se faire!
Et quand on vous sépare de votre famille avant l'heure, c'est une profonde tristesse pour chacun que de ne pas pouvoir se dire au-revoir.

Oui, c'est pourquoi il est humain de soigner ceux qui sont atteints du covid avec ce qui est disponible en attendant et en parallèle des vaccins pour ceux qui les veulent. Personnellement, je me ferais soigner avec l'Ivermectine si enfin les autorités sanitaires lèvent son interdiction pour les médecins de le prescrire. Je l'avais déjà dit mainte fois.
L'ivermectine a sauvé des milliards de gens des maladies autrement plus insidieuses et longues à traiter, et ce, pendant plus de trente ans. Qu'on le déclare dangereux et qu'on l'interdise juste au moment du covid? N'y-a-t-il pas là une raison de se s'interroger. Non?

Écrit par : Marlene Dupraz | 20/04/2021

@Marlene Dupraz : vous écrivez : "Personnellement, je me ferais soigner avec l'Ivermectine si enfin les autorités sanitaires lèvent son interdiction pour les médecins de le prescrire."
A ma connaissance, en Suisse, une telle interdiction n'existe pas. Il est possible que ce traitement (très bon marché) ne soit pas remboursé par les assurances maladies. Mais un médecin assume sa propre responsabilité lorsqu'il prescrit n'importe quel traitement, que celui-ci soit conforme aux directives de l'EBM (médecin fondée sur des preuves) ou non.

Écrit par : JAHaury | 20/04/2021

@JA Haury
Merci pour cette information.
La Suisse est plus progressiste que ses voisins. En France, une circulaire du Haut Conseil de la Santé l'interdit formellement.

En effet, je n'hésiterais pas une seconde à me faire prescrire ce médicament en cas de soupçon du Covid. Il resterait donc à savoir quel médecin serait disposé à le faire. Que le traitement et les honoraires ne soient pas remboursés par la caisse-maladie n'est pas un problème pour moi.

Existe-t-il une liste de médecins qui y souscrivent, car des patients et de potentiels patients aimeraient pouvoir y recourir et ne pas avoir à s'y prendre à la dernière minute.
Comme je n'ai jamais été malade, je n'ai donc jamais eu de médecin traitant. Pour moi, c'est un territoire complètement méconnu pour en trouver un.

Écrit par : Marlene Dupraz | 20/04/2021

@ Paolo | 18/04/2021
votre commentaire est impertinent:
je ne crains pas les vaccins et je n'ai écrit nulle part le contraire.
vous faites preuve d'une ignorance crasse:
à ce jour, 52 études dans le monde concluent à l'efficacité de l'ivermectine (cf. https://ivmmeta.com/).
je suppose que vous savez quand même que l'oms a de très graves conflits d'intérêts avec le lobby pharmaceutique.
mon commentaire du 13 avril 2021 explicite la raison principale pour laquelle l'oms n'a à ce jour pas recommandé l'usage généralisé de l'ivermectine.
ce deux poids deux mesures de la part de l'oms devrait du reste être poursuivi en justice.

Écrit par : Christophe Mottiez | 21/04/2021

@Christophe Mottiez : Ce qui est frappant, c'est de voir avec quelle énergie les remèdes bon marché (Hydroxychloroquine puis Ivermectine, par exemple) sont décriés, alors que les produits coûteux, comme la combinaison de deux anticorps monoclonaux (le Casirivimab et le Imdevimab) sont immédiatement pris en considération, notamment par le CHUV et le Conseil fédéral, qui engage 100 millions pour l'acquérir... L'UE avait d'ailleurs acquis le Remdezivir en grande quantité, avant que son inefficacité ne soit démontrée, produit environ 1000x plus cher que l'HCQ.
Même campagne contre le vaccin d'AstraZeneca, jusqu'à dix fois moins cher que certains concurrents.
Que les entreprises fassent leur business, c'est normal. Que nos autorités académiques jouent ce jeu me paraît plus inquiétant.

Écrit par : JAHaury | 21/04/2021

la future publication du groupe de médecins 'flccc alliance' traitera de la recommandation récente faite par l'oms de NE PAS UTILISER pour le moment l'ivermectine, recommandation suivie par de nombreuses autorités sanitaires dans le monde.

cette publication est annoncée en ces termes:

Pierre Kory, FLCCC President and Chief Medical Officer, will discuss key findings from his soon-to-be released white paper on the crime against humanity that he believes was committed by the World Health Organization (WHO). Last month, the WHO decided NOT to recommend ivermectin for the treatment of COVID-19—despite the mountains of medical evidence that they had before them showing the drug’s extraordinary efficacy for the prevention and treatment of COVID-19.

Dr. Kory will illuminate the elements of a massive disinformation and misinformation campaign propagated by the WHO in order to convince the world that their decision not to recommend ivermectin was in the best interest of human health across the world. The question, “Why would they do that?” will be answered by Dr. Kory.

Écrit par : Christophe Mottiez | 22/04/2021

Les commentaires sont fermés.